•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Legault s’apprête à lever le couvre-feu

La rue Sherbrooke, désertée, à la hauteur du stade olympique, la nuit.

Les rues de Montréal sont vides, ces jours-ci, entre 22 h et 5 h.

Photo : Radio-Canada / Daniel Thomas

Radio-Canada

Les Québécois pourront bientôt recommencer à sortir après 22 h. À moins d’un revirement de dernière minute, le gouvernement Legault entend annoncer jeudi la date à laquelle le couvre-feu sera levé, a confirmé Radio-Canada mercredi soir.

La mesure était en vigueur depuis le 31 décembre. Elle avait été annoncée la veille par François Legault, en même temps que plusieurs autres actions visant à lutter plus efficacement contre la pandémie de COVID-19 et la déferlante du variant Omicron du coronavirus.

Le premier ministre avait alors promis que le couvre-feu serait la première mesure à être levée une fois que la situation le permettrait.

En vertu de cette règle, il est interdit de sortir entre 22 h et 5 h sans raison valable.

Un premier couvre-feu avait été imposé à la population québécoise en janvier 2021. Il avait été levé près de quatre mois et demi plus tard, à temps pour le retour du beau temps et l’ouverture des terrasses.

La date à laquelle les Québécois pourront remettre le nez dehors après 22 h devrait être annoncée jeudi. Le gouvernement devrait aussi en profiter pour donner d’autres détails relatifs à la rentrée en présence dans les écoles primaires et secondaires, qui aura bel et bien lieu lundi prochain.

Ces modifications aux mesures sanitaires en vigueur interviennent alors que le nombre de nouveaux cas diminue depuis quelques jours au Québec, mais le portrait de la propagation est incomplet puisque les tests PCR sont désormais réservés au personnel de la santé et aux populations vulnérables. Mercredi, les autorités ont recensé 12 374 infections supplémentaires déclarées par tests PCR.

Quant au nombre de personnes hospitalisées, il continue de croître, y compris dans les unités de soins intensifs.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !