•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Atholville entend convaincre le ministre de modifier son projet de fusion

Un bâtiment en hiver et une enseigne qui indique que c'est l'hôtel de ville.

Atholville propose un regroupement municipal plus modeste.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

Atholville entend convaincre le gouvernement du Nouveau-Brunswick de la justesse de sa contre-proposition à la fusion annoncée avec Campbellton.

Selon le plan de réforme de la gouvernance municipale, Atholville doit être incorporé dans moins d’un an à un nouveau regroupement municipal d’environ 12 400 habitants avec Tide Head et cinq districts de services locaux (DSL) des environs de Campbellton.

Jean-Guy Levesque, maire d’Atholville, est en désaccord avec cette fusion imposée par les instances provinciales.

Il rappelle que ses concitoyens ne sont pas nécessairement opposés à toutes les fusions, puisque Atholville a vécu un premier regroupement il y a six ans à peine.

En 2015, on a fusionné ici avec Val d'Amours et Saint-Arthur, et c'est parce qu'on a discuté, souligne le maire.

Aux intentions de Fredericton, Atholville oppose plutôt de créer une agglomération plus modeste avec Tide Head et quelques collectivités rurales situées plus à l’ouest.

Jean-Guy Levesque qui sourit à la caméra.

Jean-Guy Levesque, maire d'Atholville, à l'automne 2021.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Selon le maire Levesque, cela réunirait près de 5000 résidents, et le regroupement aurait une assiette fiscale de 234 millions de dollars.

Mandat des citoyens d’Atholville

Atholville a sondé ses citoyens durant le temps des Fêtes, et 600 d’entre eux ont répondu. 92 % des gens nous ont dit: on est d'accord avec vous. Ça nous donne un poids et une légitimité de ce qu'on fait, affirme le maire Jean-Guy Levesque.

Le maire de Campbellton, Ian Comeau, dit comprendre la réticence exprimée à Atholville, mais il croit que la fusion proposée par la province est encore la meilleure voie à suivre.

C'est un beau mariage, soutient M. Comeau.

C'est idéal. Par les temps qui courent [...] avec les coupures, surtout les coupures qui se dirigent vers le Nord, vers Campbellton, on doit être plus grand, plus gros et plus fort, martèle-t-il.

Ian Comeau.

Le maire de Campbellton, Ian Comeau

Photo : Radio-Canada

Le maire d’Atholville n’est pas convaincu. On n’a rien contre les gens de Campbellton, dit Jean-Guy Levesque. C'est la question de la grosseur de l'entité qui nous amène à avoir toutes ces questions-là.

Malgré un premier refus de Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, les élus d’Atholville comptent toujours le convaincre du bien-fondé de leur propre démarche.

C'est maintenant qu'il faut essayer d'influencer le ministre et lui dire: regardez, on veut vous proposer une alternative viable, selon moi, qui répond aux critères, puis qui va dans le sens que vous voulez, déclare le maire Levesque.

D’après le reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !