•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le patron de La Cage souhaite que le Québec « apprenne à vivre » avec la COVID-19

Jean Bédard.

Jean Bédard, président et chef de la direction de La Cage - Brasserie Sportive et du Groupe Sportscene

Photo : Courtoisie Jean Bédard - Facebook

Radio-Canada

Le président et chef de la direction de La Cage - Brasserie Sportive et du Groupe Sportscene, Jean Bédard, aimerait que le Québec « apprenne à vivre » avec la COVID-19, même si la pandémie n’a pas trop affecté ses plans.

Je dirais que sur le plan financier, ce n’est pas nécessairement notre préoccupation, les programmes sont en place et ont bien fonctionné lors des trois premiers confinements, a déclaré M. Bédard en entrevue à Zone économie, mercredi.

Plus de 40 % des restaurants du Canada ont déclaré une baisse de revenus de 40 % ou plus en 2021 par rapport à 2020, mais La Cage et son exploitant Sportscene s’en sont tirés de façon respectable, de l’aveu de l’homme d’affaires.

Ce qui est très, très difficile en ce moment, c’est la situation de nos employés, déplore-t-il, en faisant référence à la fermeture des restaurants au Québec depuis le 31 décembre.

Il va falloir qu’on apprenne à vivre avec ce virus-là, martèle-t-il. On souhaite avoir des nouvelles positives pour l’industrie très prochainement.

Salle à manger vide d'un restaurant La Cage.

M. Bédard et son équipe poursuivent leur plan d'affaires, incluant la privatisation du Groupe Sportscene, l’ouverture de nouveaux restaurants et le développement de produits vendus en épicerie (archives).

Photo : Facebook / La Cage - Brasserie sportive / Vincent Ethier Photography

De son côté, l’industrie de la restauration doit s’habituer aux mesures sanitaires, comme le passeport vaccinal et les masques, dit-il.

En attendant, M. Bédard et son équipe poursuivent leur plan d'affaires, incluant la privatisation du Groupe Sportscene, l’ouverture de nouveaux restaurants et le développement de produits vendus en épicerie.

Un bon moment pour privatiser

La vaste majorité des actionnaires ont récemment appuyé une transaction en vue de privatiser le Groupe Sportscene évaluée à 51,25 millions de dollars. La contribution est de 7,25 $ par action, une prime d’environ 84 % par rapport au cours de clôture du 18 novembre 2021.

Je pense que l’offre qui a été faite à nos actionnaires est très bonne, soutient M. Bédard. Il était de plus en plus complexe, selon lui, d’exploiter une société cotée en bourse, et nous, on ne se servait pas de ce levier-là comme entreprise, on avait à peu près juste les inconvénients et moins les avantages.

L’arrivée de la pandémie représentant un fardeau supplémentaire, on a constaté que, pour le bien à long terme de l’entreprise, c’était peut-être un bon temps pour privatiser la société, explique le dirigeant.

D’autres changements avaient été amorcés juste avant les premières fermetures, comme l’accent mis sur les produits vendus en épicerie. On le voyait venir dans notre plan stratégique, affirme M. Bédard. Ce que la pandémie a fait, c'est qu’elle a accéléré ce comportement du consommateur.

« À long terme, comme je le dis tout le temps, on n’est plus nécessairement dans la restauration, on est rendu dans l’alimentation. Donc, on nourrit les gens sur place, on les nourrit également en livraison, en take-out, mais également à l’épicerie. Je pense que c’est la façon dont on devra aborder l’avenir. »

— Une citation de  Jean Bédard, président et chef de la direction de La Cage - Brasserie Sportive et du Groupe Sportscene

Somme toute, le plan stratégique demeure sur les rails. On avait prévu ouvrir trois restaurants en février et on va les ouvrir, quitte à ce que ce soit en take-out, insiste-t-il.

Moi, je dis à mes équipes : préparez-vous, on continue, on est reporté d’un mois ou deux, mais ça ne remet pas du tout en cause notre plan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !