•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des nombreux vols vers le Sud annulés dans les aéroports du N.-B.

Des voyageurs qui devaient bientôt s'envoler avec Sunwing et Air Transat devront revoir leurs plans.

Un avion s'apprête à atterrir.

Un avion du transporteur Sunwing s’apprête à atterrir (archives).

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Radio-Canada

Les compagnies aériennes Sunwing et Air Transat annulent leurs vols, prévus en février depuis Moncton et Fredericton, vers des destinations soleil comme Cuba, la République dominicaine et le Mexique.

Le pdg de l'aéroport de Moncton, Bernard LeBlanc, explique que les lignes aériennes ont annulé les vols en raison du manque de passagers souhaitant voyager en pleine cinquième vague de la pandémie.

Toutefois, il estime que le gouvernement fédéral y est aussi pour quelque chose.

On est à environ un mois des vols, puis le gouvernement fédéral n'a pas encore permis aux aéroports comme Moncton et Fredericton d'avoir des vols internationaux, donc ça peut faire une grande partie de leur décision aussi , explique Bernard LeBlanc.

Les aéroports pourraient perdre gros

Les pertes de revenu liées aux annulations et à la baisse de la fréquentation pourraient entraîner des pertes estimées à 1 million de dollars, selon Bernard LeBlanc.

L'impact se fera aussi sentir du côté des fournisseurs de carburant et de repas, ainsi que du personnel chargé de l'accueil des passagers, où des pertes d'emplois sont à prévoir.

Bernard LeBlanc, président-directeur général de l'Aéroport international Roméo-LeBlanc du Grand Moncton

Bernard LeBlanc, président-directeur général de l'Aéroport international Roméo-LeBlanc du Grand Moncton (archives).

Photo : Radio-Canada

Ce serait un bon temps de nous donner l'autorisation d'avoir des vols internationaux, parce que cela impact pas seulement les vols nolisés comme ça, mais si on regarde toutes les compagnies qui sont basées au Nouveau-Brunswick, il y en a plusieurs qui ont leurs propres avions, s'ils font des vols internationaux, il faut qu'ils atterrissent à l'extérieur de la province pour passer aux douanes avant de revenir au Nouveau-Brunswick , ajoute le pdg.

La pdg de l'aéroport de Fredericton, Johanne Gallant, est plus optimiste et estime que le ralentissement est temporaire.

Lorsque la vague va passer et que les choses se vont se calmer au niveau de la pandémie, je pense qu'il y aura une demande pour voyager. Je pense que les gens veulent voyager et lorsque les gens seront prêts à prendre cette étape là, les compagnies aériennes elles seront prêtes à mettre des vols , croit Johanne Gallant.

Certains passagers annulent tout simplement leurs voyages, alors que d’autres tentent de trouver de nouveaux vols à partir d’une autre province pour ne pas que leurs vacances tombent à l’eau.

D’après un reportage de Maria-Isabelle Noël

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !