•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Porcherie : le PLQ déplore le « manque de conscience environnementale » de la CAQ

Chargement de l’image

La députée libérale Isabelle Melançon est responsable de la Mauricie pour l'opposition officielle. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Après des citoyens de Saint-Adelphe, en Mauricie, c’est au tour du Parti libéral du Québec (PLQ) de demander que le projet de porcherie qui doit s’installer dans la municipalité soit soumis au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement, Isabelle Melançon, estime qu’en refusant de le faire, le gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) fait la démonstration qu’elle ne fait pas bon ménage avec le BAPE.

Ce projet vise la construction de trois bâtiments qui abriteraient 3999 porcs chacun. Or, pour qu’un tel projet fasse l’objet d’un examen du BAPE, la porcherie doit compter 4000 porcs ou plus sous un même toit.

L’entreprise derrière le projet s’était défendue de jouer avec la loi, tandis que des citoyens de la municipalité croient nécessaire que le BAPE se penche les potentiels impacts environnementaux de cette porcherie.

Isabelle Melançon, aussi responsable de la Mauricie pour le Parti libéral, affirme que la population a tout à fait raison de s’inquiéter et rappelle que le ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, a le pouvoir d’ordonner la tenue d’audiences publiques.

Il est de plus en plus clair que ce gouvernement ne veut rien savoir des avis du BAPE et ce, dans de nombreux projets. Les citoyens de St-Adelphe ont raison d’être inquiets face à ce projet et ne demandent qu’à être rassurés par une étude sérieuse de celui-ci.

La députée de Verdun considère inacceptable que la députée de Champlain, Sonia LeBel, fasse la sourde oreille aux revendications de ses commettants qui l’implorent d’intervenir auprès de son collègue ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !