•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg pourrait créer une carte des points d’accès aux rivières

La rivière Rouge et le centre-ville de Winnipeg.

La Fourche, à Winnipeg, est l'endroit où la rivière Assiniboine rencontre la rivière Rouge.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

La conseillère municipale de Waverly West à Winnipeg, Janice Lukes, souhaite que la Ville crée une carte qui répertorie les points d’accès aux rivières. Elle croit que cela pourrait aider les Winnipégois à profiter de la nature à un moment où la pandémie limite les activités.

La proposition de Janice Lukes demande à la Ville de créer une carte numérique qui montre les terrains publics sur les berges et les points d’accès des rivières et ruisseaux dotés de panneaux.

Cette proposition a été adoptée à l’unanimité par le comité municipal d’Assiniboia.

Elle doit ensuite être débattue par le comité d’orientation permanent des eaux et des déchets, de la gestion des rives et de l’environnement, qui aurait la responsabilité de demander la création d’une telle carte, selon la conseillère.

Beaucoup d’entre nous ne connaissent aucun de ces points d’accès, dit Mme Lukes. Elle a eu l’idée de demander la création de cette carte après avoir découvert, lors d’une réunion de comité, que la Ville avait aménagé un magnifique nouveau point d’accès près du parc Assiniboine.

La pandémie a aussi augmenté l’utilisation des espaces verts de la Ville à la hauteur de 90 %, souligne-t-elle.

En août, la Ville a inauguré un quai de mise à l’eau pour les canots et les kayaks sur la rivière La Salle, dans le parc La Barrière.

Il y avait des files de personnes qui attendaient pour lancer leurs canots et leurs kayaks parce que c’est un très bel accès à la rivière, affirme Janice Lukes. Je pense que ce serait bien [d’avoir une carte] pour que les gens puissent sortir et explorer davantage nos ruisseaux et nos rivières.

Dans un premier temps, Janice Lukes demande seulement à la Ville de répertorier les points d’accès avec des panneaux. Cependant, il en existe beaucoup plus qui n’ont aucune signalisation.

Beaucoup de points d’accès publics ressemblent juste à un bois ou à un champ, les gens ne se rendent pas compte combien il y en a, poursuit la conseillère municipale.

Une femme fait du ski de fond sur la rivière Assiniboine.

Les points d'accès aux rivières de Winnipeg sont utiles tant en été qu'en hiver.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Une carte des points d’accès publics sur les rivières serait la bienvenue, affirme Charles Burchill, qui est un pagayeur passionné. Il guide régulièrement des sorties en canot sur la rivière La Salle, entre autres.

Les informations actuelles sur les points d’accès viennent typiquement du bouche-à-oreille et, parfois, ce qui est un accès public n’est pas clair, et l’accès dépend parfois du niveau de l’eau et des capacités [des pagayeurs], explique-t-il.

Sur son site web, il a lui-même créé une carte qui répertorie des points d’accès publics sur les rivières de Winnipeg. C'était d'abord un projet destiné à son utilisation personnelle, mais il a décidé de la faire connaître aux membres du public qui lui posaient souvent des questions sur les accès aux rivières.

Sa carte a récolté plus de 130 000 vues sur Google (en anglais) (Nouvelle fenêtre) et dénombre près de 200 points d’accès aux cours d'eau.

En comparaison, une carte des installations dans les parcs de la Ville de Winnipeg (en anglais) (Nouvelle fenêtre) compte 9 sites qui permettent d’accéder aux rivières.

En réponse à une demande d’information de Radio-Canada, la Ville a refusé de fournir le nombre de points d’accès avec et sans panneaux à Winnipeg.

Un porte-parole affirme que la Ville ne peut pas fournir cette information, vu que la proposition de Mme Lukes n’a pas encore été débattue par le comité d’orientation permanent des eaux et des déchets, de la gestion des rives et de l’environnement.

La proposition de Janice Lukes se trouvera vraisemblablement devant ce comité le 2 février ou le 2 mars.

Si la proposition est adoptée, Janice Lukes espère que la carte pourra être créée d’ici l’été.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !