•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port obligatoire du masque à l’intérieur en vigueur jusqu’au 28 février

Deux hommes donnant un point de presse à Regina.

Le premier ministre de la Saskatchewan Scott Moe et le médecin hygiéniste en chef, Saqib Shahab, encouragent les citoyens à obtenir leur dose de rappel.

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, et le médecin hygiéniste en chef de la province, Saqib Shahab, annoncent que les mesures sanitaires seront prolongées jusqu’au 28 février.

Le port du masque dans les espaces publics intérieurs, y compris les écoles, demeure obligatoire. Les directives concernant l’auto-isolement, les preuves de vaccination et la soumission de tests négatifs demeurent inchangées.

Aucune nouvelle mesure n’a été annoncée, même si le nombre de cas de COVID-19 continue de grimper. La Saskatchewan est la seule province qui n’a ni réduit la capacité d’accueil des lieux publics ni limité la taille des rassemblements depuis l’arrivée du variant Omicron.

Le variant Omicron est très contagieux et va se propager, même si des politiques de confinement sont mises en place comme dans d’autres provinces, a écrit Scott Moe sur Twitter.

Le premier ministre a ajouté que de nouvelles restrictions avaient des effets négatifs sur la santé mentale, l’économie et la liberté de la population.

Selon le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, la province devrait connaître une hausse de cas avec le variant Omicron.

Il y a aura possiblement plus de personnes infectées par le variant que durant les quatre premières vagues de COVID-19. Nous avons besoin d’un plan pour savoir quoi faire si un de nos proches a contracté la COVID-19 et le variant Omicron, a-t-il affirmé mercredi en point de presse.

Le premier ministre a encouragé la population à se rendre dans les cliniques de vaccination pour recevoir la dose de rappel.

Tests test d'amplification en chaîne par polymérase en forte demande

Par ailleurs, les autorités demandent à toute personne qui présente des symptômes légers de rhume, comme la toux, un mal de gorge ou des éternuements sans fièvre, de rester à la maison, de faire un test rapide et de s’isoler en fonction des résultats.

La capacité de test test d'amplification en chaîne par polymérase de l'Autorité de la santé de la Saskatchewan est de plus en plus sollicitée et nous demandons à tous les habitants de préserver ces ressources pour les personnes les plus à risque, a dit Scott Moe.

Si vous présentez des symptômes de rhume ou de grippe importants ou qui s'aggravent, notamment de la fièvre, ou si vous êtes considéré comme étant à risque en raison de problèmes de santé chroniques, communiquez avec la ligne Santé 811, dit un communiqué de la province.

Contrairement à la possibilité qu’a évoquée le premier ministre du Québec, François Legault, mardi, Scott Moe n’a pas l’intention d’imposer une taxe aux non-vaccinés.

Une situation prise à la blague, selon Ryan Meili

Le chef de l’opposition officielle en Saskatchewan, Ryan Meili, n’a pas apprécié la déclaration du premier ministre Scott Moe en point de presse.

C’est choquant. La population a besoin d’espoir et d’aide, elle a besoin de leadership. Nous n’avons rien vu de ça de Scott Moe aujourd’hui, a lancé le chef du Nouveau Parti de la Saskatchewan.

Un homme en complet répond à des questions des journalistes.

Le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Ryan Meili, croit que le premier ministre Scott traite la situation à la blague.

Photo : Radio-Canada

« La situation est sérieuse, et le premier ministre la traite comme une blague. »

— Une citation de  Ryan Meili, chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan

Le NPD a demandé de voir un plan pour faire face au variant Omicron, mais Scott Moe aurait refusé. L’opposition s’est butée à une porte close lorsqu'elle a réclamé des mesures pour faire face à l'augmentation des hospitalisations et des cas dans la province. Scott Moe refuse d’agir, il n’y a pas d’excuses, a soutenu Ryan Meili.

Lors de la conférence de presse, le NPD a présenté cinq demandes au gouvernement. L’opposition veut voir un plan pour assurer la sécurité des enfants à l’école. Elle demande également un programme de congés de maladie payés pour les travailleurs qui doivent s’isoler. Par ailleurs, elle exige une stratégie pour réduire l'augmentation des hospitalisations, ainsi qu’un programme de soutien pour les petites entreprises. Finalement, Ryan Meili souhaite voir un scénario menant à la réduction des transmissions communautaires.

Le NPD affirme que le gouvernement a rejeté une proposition visant à permettre aux fonctionnaires de travailler de la maison. Dans un courriel aux médias mercredi après-midi, un porte-parole du gouvernement nie que la province a reçu ou même considéré une telle proposition.

Avec les informations de Yasmine Ghania

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !