•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écoles et garderies : la santé publique du Québec change d’approche

Un élève portant un masque se retourne vers un autre élève dans une salle de classe.

Avec le variant Omicron, la présence d'un seul cas dans une classe ou un groupe suffisait à entraîner l'isolement de tous ses membres.

Photo : AFP/Getty Images/Martin Bureau

La santé publique ne veut plus fermer les classes et les groupes de garderies après la découverte d'un cas, et l'isolement est réduit à 5 jours en garderie, a appris Radio-Canada.

Le document de la recommandation pour les moins de 12 ans, daté du 10 janvier, obtenu par Radio-Canada, précise en effet qu'un enfant symptomatique, considéré positif, ou un enfant asymptomatique en contact avec un cas à domicile devra s'isoler 5 jours et subir un autotest au jour 5 pour pouvoir revenir.

L'enfant de moins de 12 ans ne devra plus avoir de fièvre depuis 24 heures et il faudra avoir constaté une baisse des symptômes. Et si le résultat de l'autotest se révèle positif, l'isolement devra être prolongé de 5 jours supplémentaires.

Terminée donc la période d'isolement de 10 jours dans les CPE et autres services de garde. Quant à l'obligation d'un résultat d'autotest négatif pour revenir en classe, c'est une nouveauté à l'école.

Ces conditions sont valables quel que soit le statut vaccinal de l’enfant, précise la recommandation de la santé publique du Québec.

Le port du masque n'est pas requis à la garderie ni à la maternelle. En revanche, l'élève du primaire de retour de sa période d'isolement devra porter le masque en continu durant 5 jours et se distancier autant que possible.

Pour le personnel symptomatique ou en contact avec un cas à domicile, l'isolement de 5 jours s'applique, avec deux exceptions :

  • pas d'autotest négatif requis après 5 jours;
  • les adultes non vaccinés devront s'isoler 10 jours.

Rappelons que la santé publique considère une personne avec des symptômes de la COVID-19 comme positive, même si elle n'a pas de résultat de test pouvant le confirmer.

Possible de revenir plus tôt avec deux tests négatifs

La recommandation de la santé publique précise que selon la disponibilité des tests, deux autotests négatifs à 24-36 heures d’intervalle pourraient mettre fin à la période d’isolement.

Les cas contacts, à domicile seulement

La santé publique n'imposera pas d'isolement aux élèves et au personnel scolaire pour des cas contacts survenus dans un groupe ou au travail. Seuls les cas contacts au domicile ou avec un partenaire sexuel entraîneront une période d'isolement de 5 jours.

Les enfants de moins de 12 ans devront obtenir un résultat d'autotest négatif, mais pas les adultes.

Comme pour les symptomatiques, considérés positifs, le personnel et les élèves du primaire devront garder le masque pour 5 jours et se distancier des autres, mais pas les enfants de garderies.

Le personnel non vacciné pourra s'isoler 5 jours s'il est cas contact à domicile ou avec partenaire sexuel.

Prenons l'exemple fictif de Julie, 9 ans, à l'école primaire :

Si elle est en contact avec un cas positif à la maison, elle doit s'isoler 5 jours et obtenir un résultat d'autotest négatif au jour 5.

En revanche, si Julie a été en contact avec un autre élève de sa classe déclaré positif, elle peut rester à l'école.

La santé publique justifie ses nouvelles recommandations

Pour justifier ces nouvelles recommandations, la santé publique explique notamment avoir discuté avec des experts médicaux et avoir mené une revue des écrits scientifiques récents sur le variant Omicron.

Il est précisé dans le document qu'ont été prises en compte la faible probabilité des complications chez les enfants infectés, la couverture vaccinale en augmentation chez les enfants du primaire, de même que les impacts négatifs cumulés des isolements des enfants sur leur apprentissage, leur développement et leur sécurité personnelle.

Des médecins et des pédiatres ont déjà réclamé que le retour en classe se fasse dès le 17 janvier, car ils sont inquiets des impacts de la fermeture à répétition des écoles et de l'enseignement à distance sur le bien-être des enfants. Ils demandaient aussi qu'on cesse de fermer les écoles pour tenter de contenir la pandémie.

Les garderies, elles, sont déjà ouvertes. La nouvelle directive doit être envoyée au réseau ce mercredi. Sur les 95 nouvelles éclosions déclarées cette semaine au Québec, 25 sont survenues en milieu de garde.

Le ministère de l'Éducation a par ailleurs annoncé qu'il distribuera des tests rapides dans les prochains jours dans les écoles primaires et les garderies.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !