•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Greffe d’un cœur de porc : une prouesse, mais une percée encore incertaine

Une équipe médicale, dont un membre tient le cœur de porc.

Le cœur porcin transplanté avait été conservé dans une machine en amont de l'opération.

Photo : Associated Press

Agence France-Presse

La greffe d'un cœur de porc sur un humain, annoncée cette semaine aux États-Unis, marque une percée impressionnante. Mais elle doit encore faire ses preuves pour changer la donne, soulignent des experts du domaine en France et au Royaume-Uni.

C'est déjà une prouesse, a résumé mercredi l'anesthésiste français François Kerbaul, qui suit le domaine des greffes au sein de l'Agence de biomédecine, l'organisme français responsable du secteur.

L'Université américaine du Maryland a annoncé lundi que des chirurgiens avaient réussi à greffer sur un patient humain le cœur d'un porc.

L'opération a été menée vendredi et a permis de montrer pour la première fois qu'un cœur d'animal pouvait continuer à fonctionner à l'intérieur d'un humain sans rejet immédiat. D'autres xénogreffes avaient été tentées par le passé, mais les patients étaient immédiatement décédés.

Des chirurgiens durant une opération.

Un aspect était essentiel dans l'opération américaine : le porc donneur était un animal génétiquement modifié, notamment pour éliminer des protéines susceptibles de provoquer le rejet immédiat d'un organe non humain.

Celui-ci n'a pas eu lieu. Mais cette avancée peut-elle offrir dans les années à venir une solution à la pénurie d'organes, comme l'a avancé Bartley Griffith, le chirurgien qui a réalisé la transplantation?

Il est bien trop tôt pour le dire, préviennent unanimement les chercheurs.

C'est une première étape, mais probablement que les prochaines semaines ou les prochains mois seront cruciaux pour nous donner des perspectives, a expliqué M. Kerbaul.

C'est cet intervalle de temps qui permettra de savoir réellement jusqu'où l'organe greffé est accepté par l'organisme du patient, un quinquagénaire qui n'était de toute façon pas admissible médicalement à recevoir un cœur humain.

Les incertitudes sont très nombreuses. Certes, si le cochon a été choisi comme animal, c'est que son cœur est relativement proche de l'homme.

Mais, pourra-t-il fonctionner chez un être bipède, habitué à la station verticale, alors que l'animal d'origine restait à quatre pattes et nécessitait donc a priori moins d'efforts de son cœur?

C'est le moyen et long terme qui compte le plus, a résumé le chirurgien cardiaque Francis Wells à l'organisme britannique Science Media Center.

Pour le moment, on n'a encore aucun élément là-dessus et on va surveiller attentivement comment évolue ce patient bien courageux, a-t-il ajouté. C'était peut-être bien trop tôt pour faire une telle annonce au monde entier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !