•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Montréalais encourage les agriculteurs de pommes de terre de l’Î.-P.-É. par un don

Une cargaison de centaines de sacs de pommes de terre dans un entrepôt.

Les pommes de terre de l'île seront utilisées pour le programme de repas chaud qui fournit environ 1200 repas par jour, à la banque alimentaire Mission Bon Accueil de Montréal.

Photo : Gracieuseté - Welcome Hall Mission

Radio-Canada

Près de 27 000 kg de pommes de terre de l’Île-du-Prince-Édouard seront utilisés pour nourrir les gens dans le besoin d’une banque alimentaire de Montréal. Un Montréalais a fait un don généreux de 15 000 $ pour acheter une cargaison importante de pommes de terre de l’île.

Marc Watson avait entendu parler de l’interruption des exportations des pommes de terre de l’île vers les États-Unis. Il voulait aider les agriculteurs et en profiter pour aider les gens de sa région. J’ai pensé que c’était une situation où tout le monde serait gagnant, dit-il.

Les exportations de pommes de terre de l'Île-du-Prince-Édouard vers les États-Unis sont suspendues depuis la fin novembre, par l’Agence canadienne d’inspection des aliments, après la découverte de la galle verruqueuse dans deux champs.

Lorsque Marc Watson a réalisé que plusieurs pommes de terre récoltées seraient détruites, il a décidé d’agir. 

Il a alors fait un don de 15 000 $ à la banque alimentaire Mission Bon Accueil de Montréal qui a ensuite utilisé l’argent pour acheter 27 000 kg de pommes de terre et les faire transporter au Québec.

Pour ce faire, Marc Watson a contacté l’ancien sénateur Mike Duffy qui l’a aidé à discuter avec la Commission de la pomme de terre de l'Île-du-Prince-Édouard, pour organiser le transport.

Pour la banque alimentaire montréalaise, ce don représente une belle occasion d’aider ses clients dans le besoin, mais aussi d’aider les agriculteurs de l’Île-du-Prince-Édouard.

Nous n’aimons pas voir que les agriculteurs ne sont pas payés pour le travail qu’ils font et nous ne voulons certainement pas que les pommes de terre soient jetées, dit Sam Watts, le directeur général de la banque alimentaire.

Sam Watts ajoute que les pommes de terre seront utilisées pour le programme de repas chaud qui fournit environ 1200 repas par jour. Elles seront aussi sur les tablettes de leurs épiceries gratuites, fréquentées par plus de 2500 personnes par semaine.

Le directeur de la banque alimentaire et Marc Watson espèrent que ce geste inspirera d’autres Canadiens à faire des dons similaires.

Peut-être que nous verrons quelques centaines de chargements de pommes de terre sortir de l’Île-du-Prince-Édouard, espérons-le, en tout cas. Cela montrerait au gouvernement qu’il n’a pas à tout faire, nous pouvons faire notre part, dit Marc Watson.

D’après un reportage de Jessica Doria-Brown de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !