•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 tests rapides par personne lors du retour en classe en Ontario

Deux boîtes de cartons dans lesquelles se trouvent plusieurs tests antigénique rapide.

Un dispositif de test rapide pour la COVID-19 distribué gratuitement à Toronto.

Photo : Radio-Canada / Yannick Jacques

Radio-Canada

Le gouvernement ontarien s’engage à fournir deux tests de dépistage rapide à chaque travailleur et élève des écoles publiques pour le retour en classe prévu lundi et à promouvoir la vaccination des plus jeunes, notamment à l’école.

Ces tests antigéniques devront être utilisés si les personnes à l'école développent un ou plusieurs symptômes reliés à la COVID-19. Il faudra deux résultats de test négatifs à 24 à 48 h d'intervalle pour pouvoir retourner à l'école et une fois que leurs symptômes s'améliorent.

Le ministre enlève son masque avant de répondre à une question.

Le ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

D’autres approvisionnements suivront mais dépendent des envois fédéraux, selon le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce. En conférence de presse mercredi, il a justifié le retour à l'apprentissage en présentiel pour soutenir les enfants, plutôt que sur la base des indicateurs de santé publique.

« Nous croyons fermement que les enfants ont besoin d'être scolarisés, [que la présence en classe] est au cœur de la santé mentale et physique de l'enfant et de sa réussite scolaire. »

— Une citation de  Stephen Lecce, ministre de l'Éducation de l'Ontario

Les élèves des écoles primaires et secondaires ontariennes poursuivent leur apprentissage en ligne depuis le 5 janvier à cause du variant Omicron.

D’autres mesures sont mises en avant par le gouvernement pour garantir une reprise sécuritaire et permanente des cours en personne, y compris :

  • la distribution de 10 millions de masques N95 au personnel des écoles et des garderies et de 4 millions de masques à trois plis pour les élèves;

  • l'administration accélérée de la troisième dose aux travailleurs de l'éducation;

  • l’ouverture de lieux de vaccination dans les écoles pour les élèves à partir de 5 ans;

  • l'achat de plus de purificateurs d'air HEPA pour les classes;

  • l'appel à des retraités et à des étudiants en enseignement pour faire face à la montée appréhendée du taux d'absentéisme chez les enseignants.

Le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore, a déclaré que cette distribution de tests rapides représente une plus grand commodité pour les parents et les élèves, par opposition aux tests PCR dont l'accès est désormais limité et dont l'attente pour le résultat est plus long.

Des données sur l'absentéisme plutôt que sur les cas positifs

Lors d'un breffage technique mercredi, des responsables gouvernementaux ont déclaré que les directeurs d'école seraient chargés de surveiller l'absentéisme dans les salles de classe plutôt que les résultats de tests individuels.

Les directeurs d'école et les bureaux de santé publique locaux informeront les parents lorsque les absences atteindront environ 30 %.

Les écoles devront désormais déclarer les données quotidiennes sur les absences du personnel aux bureaux de santé publique locaux pour surveiller les perturbations dans les écoles.

Les conseils scolaires de l'Ontario peuvent alterner entre les journées en personne et à distance ou combiner les classes, si nécessaire, pour minimiser les fermetures d'écoles dues aux absences du personnel liées au virus lors de la réouverture des écoles.

Pas de réduction de la taille des classes

Le retour à l'école réjouit beaucoup de parents, même si plusieurs sont aussi inquiets.

De leur côté, les syndicats d'enseignants accusent le gouvernement Ford de rouvrir les écoles sans les avoir consultés, tandis que plusieurs de leurs doléances exprimées plus tôt dans la semaine ne sont pas prévues dans le plan de retour en classe.

Les syndicats réclamaient notamment la réduction de la taille des groupes.

À l'heure actuelle, 47,4 % des enfants ontariens de 5 à 11 ans ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, alors que 4,2 % ont eu deux doses.

La chef de l'opposition officielle, la néo-démocrate Andrea Horwath, a pressé, tout comme les syndicats, la province de promouvoir davantage la vaccination chez les élèves et d'organiser plus de kiosques d'immunisation dans les écoles. Selon elle, le vaccin contre la COVID devrait être ajouté à la liste des vaccins obligatoires pour fréquenter l'école.

« Les parents, les enseignants et les travailleurs de l'éducation sont inquiets de voir que seulement la moitié des enfants dans les classes sont vaccinés. Nous craignons que plus d'enfants soient malades ou s'absentent de l'école. Il faut mieux protéger les petits. »

— Une citation de  Andrea Horwath, chef du NPD

Nous mettons tout en place, dit Doug Ford

Le premier ministre Ford n'a pas participé au point de presse sur les écoles mercredi, mais a indiqué mettre tous les protocoles, toutes les directives possibles pour nous assurer à nouveau de réduire les chances d'obtenir Omicron.

« Je suis donc prudent mais optimiste, nous aurons une bonne ouverture lundi. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Il s'est rendu au Zoo de Toronto avec sa ministre de la Santé, Christine Elliott, notamment, pour une séance photo au nouveau centre de vaccination qui y a été aménagé et qui a une capacité de vaccination allant jusqu'à 5000 personnes par jour.

Les travailleurs en éducation et des garderies pourront y prendre rendez-vous en priorité, indique le gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !