•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d’argent d’Halifax contre la Loi sur la laïcité de l’État du Québec

Photo du devant de l'hôtel de ville d'Halifax.

Halifax ne fournira aucun soutien pour la contestation judiciaire du projet de loi 21 au Québec.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Radio-Canada

Une majorité des conseillers ont voté contre tout soutien financier pour la contestation judiciaire du projet de loi 21 mis de l’avant par la Belle Province.

Par contre, le conseil municipal d'Halifax a accepté d'envisager la rédaction d'une lettre pour exprimer son opposition au projet de loi 21 du Québec.

La loi adoptée pour favoriser une séparation entre l'État et la religion interdit à certains employés provinciaux de porter des signes religieux lorsqu'ils travaillent.

C’est le conseiller d’Halifax Tony Mancini qui avait demandé cette lettre s'opposant à la loi en plus d’une subvention de 50 000 $ pour appuyer les groupes qui contestent cette loi devant les tribunaux.

Tony Mancini en entrevue devant l'hôtel de ville.

Tony Mancini, maire adjoint d’Halifax et conseiller du district Harbourview-Burnside-Dartmouth Est

Photo : Radio-Canada / CBC

Il dit avoir reçu de nombreux courriels et appels sur la question au cours des derniers jours. Certains en faveur de la motion et d’autres contre.

Le citoyen francophone Robert-Yves Mazerolle avait même écrit une lettre au conseil municipal dans laquelle il demandait à tous les conseillers de voter contre. Il ne comprenait pas, entre autres, pourquoi les contribuables devraient voir leurs taxes et impôts servir à une cause qui ne concerne ni leur ville ni leur province.

Même si Robert-Yves Mazerole est content que la ville ne dépense pas d'argent sur cette cause, il trouve ridicule qu'Halifax envisage d'envoyer une lettre de blâme.

J’estime que la majorité des conseillers ne comprennent pas ce qu’est la laïcité, explique le contribuable de la communauté francophone. Je trouve que la démarche du conseil de ville d’Halifax est méprisante envers le Québec et stigmatisante envers la communauté francophone ici.

La plupart des conseillers étaient pourtant d'accord avec l'idée d'un soutien écrit. Je ne pourrais pas porter de croix au travail et quelqu'un d'autre ne pourrait pas porter de hijab? Je pense que ça relève des droits de la personne et de la liberté de religion, dit la conseillère Iona Stoddard.

Finalement, même le maire Mike Savage s'est prononcé contre l'envoi de fonds, notant que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui s'oppose au projet de loi, a fait part de ses inquiétudes quant au fait que les villes utilisent l'argent des contribuables pour lutter contre les lois dans d'autres provinces.

« Je pense que cela devrait être contesté par le gouvernement du Canada »

— Une citation de  Mike Savage, maire d'Halifax

Mais le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a déjà dit qu’il n’allait pas s’en mêler, même s’il a répété à plusieurs reprises qu'il est complètement en désaccord avec la Loi sur la laïcité de l'État du Québec.

Avec des informations de Pam Berman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !