•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour à l’école en présentiel : des parents d’Ottawa préoccupés

Chargement de l’image

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, le gouvernement de Doug Ford prévoit annoncer que le retour en classe se fera lundi prochain (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Louiseize

Radio-Canada

Des parents de la région d’Ottawa s’inquiètent d’un éventuel retour en présentiel à l’école en Ontario, considérant que les cas de COVID-19 qui surviennent dans les établissements scolaires ne sont plus rapportés par la province.

Ça m’inquiète beaucoup parce que c’est très peu d’information, mais c’est une information qui nous aide à gérer notre vie et à prendre des décisions quant à un risque, a réagi mardi Malaka Hendela, codirectrice du Ottawa Carleton Assembly of School Councils, une organisation qui rassemble des centaines de parents.

Tout le monde veut que leurs enfants retournent à l’école [dans son format] normal. Il n’y a aucun doute ni débat. [...] Mais ils veulent savoir que ce sera dans un environnement sécuritaire avec des informations [nécessaires], a-t-elle ajouté.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, le gouvernement de Doug Ford prévoit annoncer que le retour en classe se fera lundi prochain. Le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, doit faire le point sur la question mercredi.

Le premier ministre avait annoncé la semaine dernière que les écoles demeureraient fermées au moins jusqu'au 17 janvier, tout en déclarant qu'il pourrait reporter cette date au besoin.

La présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens, Anne Vinet-Roy, doute qu’assez de mesures de protection aient été mises en place pour limiter les risques d'éclosion dans les écoles.

Chargement de l’image

Anne Vinet-Roy est présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (archives).

Photo : Radio-Canada / Pierre-Olivier Bernatchez

Par ailleurs, elle craint l’effet d’une nouvelle directive qui laisse la décision de fermer ou non des établissements quand des cas de COVID-19 se confirment entre les mains des conseils scolaires et des directions d’écoles.

Si les paramètres ne sont pas spécifiques pour l’ensemble des conseils scolaires, ça va faire en sorte qu’il va y avoir beaucoup de disparités [...] sur comment on décide qui retourne en mode virtuel, a-t-elle dit en entrevue.

Mme Vinet-Roy souhaite donc que le gouvernement établisse une marche à suivre qui puisse être appliquée de façon uniforme. Sinon, ça va créer des tonnes d’iniquités et plein de confusion, a-t-elle lancé.

Changement de cap

Depuis le début de la pandémie, la décision de fermer ou non des classes relevait des autorités de la santé publique.

Le gouvernement ontarien a changé de cap en transférant désormais la décision aux autorités scolaires. La province a émis cette nouvelle directive lundi par communiqué, en raison de la propagation soutenue et exponentielle du variant Omicron, et de l’incapacité du système de tester toutes les personnes symptomatiques.

Les écoles n’auront plus, non plus, à dévoiler systématiquement s’il y a des cas positifs dans une classe, ou si un élève ou un membre du personnel est absent en raison de la COVID-19.

La diffusion de ces informations sera laissée à la discrétion des écoles ou des conseils scolaires.

Avec les informations de Catherine Morasse et Anne-Marie Trickey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !