•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Étude du budget de Gatineau : le ton monte au jour 2 des discussions

La Maison du Citoyen, l'Hôtel de ville de Gatineau, vue de l'avant

L'Hôtel de ville de Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Le ton a monté d’un cran entre les élus de Gatineau, mardi, lors des discussions sur l’étude de budget. Le jour 2 de l’exercice a été marqué par des débats entourant l’idée de retirer des sommes prévues à des projets adoptés qui ne sont pas encore réalisés pour financer d’autres infrastructures.

La proposition est de retirer près de 38 millions de dollars en financement prévus pour plus d’une quinzaine de projets. L'idée est d’utiliser cette somme à d’autres fins, la mairesse France Bélisle ayant promis d'abolir la taxe dédiée aux infrastructures en 2022.

La mairesse de Gatineau s’est voulue rassurante et a assuré qu’aucun des projets visés par le retrait d’argent n’est abandonné. France Bélisle soutient qu’il s’agit plutôt d’un changement dans la gestion de ces projets.

Pour moi, c’est une bonne gestion financière qui nous sort [du fait] de mettre sur une feuille une priorité dans un document municipal et il ne se passe plus rien, mentionne-t-elle. Si, après, le conseil municipal dit qu’une bibliothèque, un ruisseau de la Brasserie, un marché public est prioritaire, à ce moment-là, on discutera de quelle est la priorité.

France Bélisle répond aux questions des journalistes.

La mairesse de Gatineau, France Bélisle (archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Au fur et à mesure qu’un projet aura besoin d’argent, on va revenir le chercher parce que cette enveloppe-là, elle est là, ajoute la mairesse.

Des conseillers municipaux indépendants et l’entièreté des huit élus d’Action Gatineau se disent inquiets de l’idée.

Le conseiller du district Hull-Wright et co-porte-parole d’Action Gatineau, Steve Moran, aurait voulu que la décision soit reportée.

Nous sommes en train de discuter d’un budget de près de 700 millions de dollars. Ça vaut la peine de prendre le temps de prendre les bonnes décisions, fait-il valoir.

Steve Moran lors d'un point de presse.

Le conseiller du district de Hull-Wright, Steve Moran (archives)

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

J’étais très frustré à la fin de la discussion parce que j’ai l’impression que les gens ont voté en ne sachant pas les impacts de ce sur quoi ils votaient , soutient-il. Ça m’inquiète énormément.

Les élus devront prendre une décision finale sur cette proposition vendredi.

Davantage d’argent pour la réfection les rues

Les discussions des élus municipaux ont aussi porté sur l’accroissement possible de 27 millions de dollars additionnels au resurfaçage des rues. L’enveloppe totale prévue à cette fin s’élèverait donc à 39 millions pour l’année 2022.

Des emprunts et des fonds provenant justement de projets non réalisés seraient la source de financement de cette proposition.

J’ai l’impression qu’on est en train de refaire les erreurs qui ont été faites dans le passé, c’est-à-dire de pelleter les choses en avant, déplore Caroline Murray, présidente du caucus d’Action Gatineau. On est un jeune conseil. Est-ce qu’on veut vraiment avoir ce fardeau-là sur les épaules qui, nous-même, allons le payer dans quelques années ?

Le montant proposé permettrait de maintenir la chaussée de rues -  totalisant des centaines de kilomètres - qui continue à se détériorer, malgré l’abolition de la taxe dédiée.

Je ne vois pas pourquoi on insiste à s’accrocher à ce libellé de taxe dédiée, alors que dans les faits, on maintient un fonds dédié aux infrastructures, a répliqué France Bélisle.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !