•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UQAT mise sur la flexibilité pour la session d’hiver

IMG_0597

L'UQAT souhaite assurer une certaine prévisibilité à son personnel et à ses étudiants.

Photo : Radio-Canada / Melanie Picard

Les étudiants et professeurs de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) ne devraient pas retourner en classe au moins avant la mi-février.

Le recteur de l’UQAT, Vincent Rousson, soutient que la décision de ne pas permettre des cours directement sur les différents campus avant quelques semaines répond aux demandes exprimées par la communauté universitaire.

Nos professeurs, nos chargés de cours et nos étudiants nous ont demandé une prévisibilité pour la session. Ils voulaient à tout prix éviter en bon français de jouer au yoyo, donc une semaine, on est en présence, une semaine, on est à distance. C’est très difficile à la fois pour le corps enseignant de bien planifier, mais ça a aussi une incidence sur la réussite éducative de nos étudiants, précise-t-il­.

L'homme sourit à la caméra. Il porte des lunettes.

Vincent Rousson, recteur de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Photo : Gracieuseté : UQAT/Louis Jalbert

Aucune obligation

L’UQAT n’exigera aucun retour en classe de la part de ses professeurs et étudiants. Lorsque les cours pourront à nouveau être offerts en présence, ils devront également pouvoir être suivis à distance.

Des initiatives pour briser l’isolement seront mises en place pour les personnes qui auraient uniquement des cours offerts à distance. Par exemple, des séances d’étude à la bibliothèque.

On pourra travailler avec eux pour leur donner une expérience étudiante à travers nos différents services et un accompagnement différent. Nous voulons favoriser la réussite scolaire, assure Vincent Rousson.

Des ressources accessibles

Pour les membres de la communauté étudiante qui désirent obtenir du soutien moral ou de l’aide, M. Rousson indique que l’UQAT ne fait pas face à de longues listes d’attente pour consulter l’un de ses professionnels en services sociaux.

Nos étudiants ont été très bien accompagnés. On a ajouté plusieurs ressources dans la dernière année et demie dans le personnel de l’université, dont des travailleurs sociaux pour aider. Comme toutes les autres universités, on a reçu des sommes supplémentaires pour la santé mentale et la réussite éducative de nos étudiants, souligne le recteur.

L’UQAT effectuera une mise à jour des impacts de la COVID-19 sur ses services et les modes d’enseignement le 21 janvier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !