•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Syndicat de chargés de cours universitaires demande la démission de la ministre McCann

Danielle McCann s’adresse aux médias.

Danielle McCann, ministre de l'Enseignement supérieur du Québec (archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec en Outaouais (SCCC-UQO) demande la démission de la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann. Celui-ci dénonce « l’improvisation du ministère » quant à la gestion de la pandémie de la COVID-19 et affirme avoir perdu confiance envers la ministre.

Par communiqué, le SCCC-UQO déplore avoir attendu jusqu’au 7 janvier pour que les directives de la province quant au type d’enseignement dans les universités à la rentrée hivernale soient dévoilées.

Le corps enseignant a besoin de prévisibilité. Le passage vers l’enseignement en non-présentiel exige beaucoup de temps et de planification. Nous avons besoin d’une vision à moyen terme afin d’organiser le trimestre, y affirme la présidente du Syndicat, Marie-Josée Bourget.

L’absence de la ministre McCann depuis la montée des cas du variant Omicron, aux dires du SCCC-UQO, l’inquiète.

Madame McCann a été extrêmement discrète lorsque Monsieur Alexandre Cloutier a rendu son rapport sur la liberté académique. Elle est totalement absente actuellement. Nous avons besoin d’une ministre à l’écoute du monde universitaire, ajoute Mme Bourget.

La semaine dernière, le syndicat des professeurs de l'Université Laval et la Fédération étudiante collégiale du Québec réclamaient de la ministre McCann un point de presse et des directives claires pour la session d'hiver 2022.

Selon le SCCC-UQO, les chargés de cours demandent aussi à ce qu’il y ait un débat au sujet de l’instauration du passeport vaccinal en milieu universitaire.

Nos amphithéâtres et même nos autres salles de classe sont à pleine capacité, sans distanciation. En quoi notre institution est-elle plus sécuritaire qu’un cinéma ou qu’une salle de spectacle ?, se questionne sa présidente.

Le SCCC-UQO compte environ 700 membres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !