•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie génère des problèmes de main-d’œuvre pour les restaurateurs

Des verres et des assiettes sur une table avec une nappe blanche.

Une table de restaurant.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le secteur hôtelier est mis à rude épreuve par la pandémie. L'un des problèmes demeure la difficulté à trouver du personnel.

Depuis le début de l’année, le restaurant Primal Pasta à Saskatoon doit décider au quotidien s’il ouvre ses portes à ses clients ou s'il offre des plats à emporter.

Le restaurant est aux prises avec ce dilemme car certains de ses employés doivent s’isoler après avoir contracté le virus.

À Regina, la superviseure du restaurant Fresh and Sweet, Beata Kowalski, appréhende une reprise des affaires qui la prendrait de court.

Afin de conserver ses employés, Beata Kowalski a maintenu leur horaire régulier, et ce, malgré la baisse d'activités qui caractérise son restaurant en ce moment.

L’été dernier, le restaurant avait dû composer avec un manque de personnel et de ressources alors que les clients étaient au rendez-vous.

Le président de l’Association des hôteliers de la Saskatchewan, Jim Bence, explique que la rétention des employés représente un défi considérable.

Selon lui, les étudiants constituent plus de la moitié des employés du secteur. Ceux-ci décident d'aller travailler ailleurs, de peur de contracter le virus.

Il souhaiterait que la province fasse venir des travailleurs étrangers afin de lutter contre la pénurie.

Finalement, Jim Bence souhaite qu'un plafonnement des commissions à 18 % soit réintroduit sur l’application Skip the Dishes, comme c’était le cas l’an dernier.

Avec les informations de Geneviève Patterson et Mercia Mooseely

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !