•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

MBAO : la performance

Noam Gagnon dans un mouvement de saut le visage tourné versle ciel.

Noam Gagnon en spectacle

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au-delà de la préparation faite en amont, beaucoup d'éléments peuvent intervenir au moment de présenter une chorégraphie devant des spectateurs. Elle doit être adaptée à l’espace dans lequel aura lieu la performance.

Le public, les costumes et la gestion des imprévus peuvent aussi influencer l’interprétation de l'œuvre.

Noam Gagnon insiste sur le fait que le public n'a pas à savoir s’il y a eu des erreurs, car plus que l'erreur en elle-même, c'est le bris de la magie qui risque d'avoir un effet négatif sur l'expérience des spectateurs.

Il souligne aussi en quoi la critique peut devenir un levier pour faire évoluer son travail.

« Moi, je danse pour le public. Grâce à lui, j’arrive à tailler et à rester dans le moment ou à changer le cap un peu. [...] Ma philosophie, quand je rentre dans le théâtre : les gens n’ont aucune idée à quoi s’attendre, donc j’utilise le moment pour ne pas révéler ce qui pourrait briser l’intimité et la magie. »

— Une citation de  Noam Gagnon

Dans cette capsule, retrouvez :

  • Le lâcher prise
  • Les derniers ajustements
  • La place du costume
  • L'énergie du public
  • La gestion de l'imprévu
  • L'utilité de la critique
  • L'œuvre authentique
Portail de L'atelier culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !