•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vache folle : deux autres pays suspendent l’importation de bœuf canadien

Un troupeau de boeufs.

L'encéphalopathie spongiforme bovine est une maladie mortelle évolutive du système nerveux des bovins.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Radio-Canada

La Chine et les Philippines ont suspendu l'importation de bœuf canadien en raison de la détection, en décembre, en Alberta, d'une vache atteinte de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), communément appelée maladie de la vache folle, a affirmé le ministère canadien de l'Agriculture lundi.

Cette décision fait suite à la suspension des importations par la Corée du Sud le mois dernier, après que le Canada a signalé son premier cas d'ESB en six ans.

La Chine est le premier importateur mondial de viande bovine et le troisième marché d'exportation du Canada, selon l'association des éleveurs Canadian Cattlemen's Association (CCA).

La Chine a pris des mesures similaires contre le Brésil après que ce pays eut confirmé des cas d'ESB. Elle a rétabli ses importations en décembre après une interruption de trois mois.

La vache n'est pas entrée dans la chaîne alimentaire

Le Canada, huitième exportateur de viande bovine, a signalé le cas d'encéphalopathie spongiforme bovine en décembre chez une vache âgée de huit ans et demi en Alberta.

Son cas est atypique, c'est-à-dire qu'il s'agit d'une forme d'ESB qui peut survenir naturellement chez des bovins plus âgés, par opposition à la maladie de la vache folle classique, causée par un animal qui mange des aliments contaminés.

Les trois pays qui ont suspendu les importations canadiennes cherchent à obtenir davantage d'informations sur ce cas, indique Dennis Laycraft, vice-président à la direction de la Canadian Cattlesmen's Association.

Nous nous attendons à ce que ces [suspensions] soient de courte durée, dit Dennis Laycraft. Nous avons été en mesure de les gérer.

La vache a été euthanasiée à la ferme et n'est pas entrée dans la chaîne alimentaire humaine ou animale, affirme le gouvernement canadien.

Selon Dennis Laycraft, la perturbation n'a pas eu de conséquence notable sur les prix canadiens.

Le premier cas canadien confirmé d'ESB a été détecté en 2003.

Avec les informations de Rod Nickel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !