•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère réclame plus de soutien aux familles d’enfants avec un handicap en N.-É.

Près des deux tiers des demandes d'aide financière au programme de Soutien direct à la famille ont été refusées en 2018.

Un égoportrait de Nora Nunn-Murphy et sa fillette Brenna.

Nora Nunn-Murphy et sa fille Brenna, atteinte de la paralysie cérébrale et d'une déficience visuelle.

Photo : Gracieuseté de Nora Nunn-Murphy

Radio-Canada

Tous les jours, Nora Nunn-Murphy doit prodiguer des soins à sa fillette de quatre ans, née prématurément et atteinte de paralysie cérébrale ainsi que d’une déficience visuelle.

C’est un travail à temps plein, qui permet très peu de répit et qui requiert des dépenses de plusieurs milliers de dollars afin de se procurer des équipements spécialisés et d'obtenir des services de réadaptation.

Comme des centaines d’autres familles, celle des Nunn-Murphy s’est vu refuser sa demande d’aide financière par la Nouvelle-Écosse, dans le cadre d’un programme provincial voulant soutenir les parents d'enfants qui vivent avec un handicap.

L’objectif de la subvention Soutien direct à la famille pour les enfants, qui accorde jusqu’à 2200 dollars mensuellement selon la situation de chaque famille, est de maximiser le soutien à la famille et l’implication de la communauté.

Le but est également de garder l’enfant à la maison aussi longtemps que possible, plutôt que de l’envoyer dans un établissement de soins spécialisés.

Brenna déguisée en papillon et assise dans une chaise roulante.

Brenna, âgée de quatre ans, a besoin d'une chaise roulante et d'autres équipements pour se déplacer.

Photo : Gracieuseté de Nora Nunn-Murphy

Le formulaire soumis par Nora Nunn-Murphy pour sa fille Brenna a pourtant été rejeté à peine 48 heures plus tard, car la famille ne répondait pas aux critères d’admissibilité, dont certains n’ont pas été renouvelés depuis juillet 2012.

Près des deux tiers des demandes refusées

Selon les documents obtenus par CBC, suite à une demande d’accès à l’information, seulement 244 des 676 demandeurs ont été acceptés par le programme en 2018.

Des 86 familles qui ont essuyé un refus et qui ont demandé une révision de leur demande, 53 ont finalement eu gain de cause.

Dans une réponse envoyée à CBC, le ministre des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse a refusé de parler de dossiers spécifiques, dont celui de Brenna. La porte-parole, Lisa Jarrett, assure néanmoins que le ministère travaille à rendre le programme d’aide accessible, flexible et rapide.

Le programme de soutien aux familles cherche par tous les moyens à s’améliorer et à répondre plus promptement aux besoins financiers des familles, explique la porte-parole.

Nouvelle tentative

À sa grande surprise, la famille Nunn-Murphy a appris il y a quelques mois que sa demande n’existait plus dans le système informatique du ministère.

« Il n’y avait plus aucune trace des démarches que l’on avait entreprises pour notre fille Brenna. »

— Une citation de  Nora Nunn-Murphy, mère de Brenna

Or, sans cette preuve, son mari et elle n’ont pas pu demander un remboursement de leur compagnie d'assurance, qui l’exige pour l’achat d’un équipement spécial pour la mobilité.

Outre des excuses formulées par l’Ombudsman du ministère, on a conseillé à la famille de postuler à nouveau au programme.

La famille rassemble actuellement des documents et les notes de médecins et d’autres professionnels de santé qui s’occupent de Brenna, dans l’espoir que leur deuxième demande soit enfin acceptée.

D'après un reportage de Nicola Seguin, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !