•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Froid extrême : le record de consommation d’électricité pulvérisé au Québec

Une vue du fleuve dans le froid extrême, mardi matin, près de Lévis.

Une vue du fleuve dans le froid extrême, mardi matin, près de Lévis

Photo : Gracieuseté : Pierre LaRue

Des records de froid extrême ont été frôlés mardi matin au Québec, permettant du coup d'établir une nouvelle marque en matière de consommation collective d'électricité.

Pas de doute, de nombreuses régions du Québec vivent leur journée la plus froide de l'hiver jusqu'ici. À 8 h mardi matin, le mercure indiquait -29,6 °C à l'aéroport Jean-Lesage de Québec et -25 °C du côté de Montréal.

Les records de -33,9 °C établis en 1976 dans la capitale et de -29,4 °C en 1954 dans la métropole n'ont toutefois pas été pulvérisés.

Le froid a fait augmenter la facture d'électricité.

Le froid fait augmenter la consommation d'électricité.

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Par contre, la consommation d'électricité des Québécois à ces époques était beaucoup moindre, alors que spas et ordinateurs n'étaient que rêveries des plus imaginatifs, tandis que les poêles à bois étaient largement plus utilisés qu'aujourd'hui.

Nos chiffres ce matin démontrent autour de 8 h que le record de consommation aurait été battu, a affirmé Cendrix Bouchard, porte-parole d’Hydro-Québec, à l'émission matinale Première heure. Il s'agit d'une consommation de 39 900 MW pour l'ensemble du Québec, ce qui bat le record de janvier 2014, qui était tout juste au-dessus de 39 000 MW.

« Évidemment, le temps très froid joue un rôle important. Il faut chauffer nos maisons, et le chauffage représente environ 50 % de la consommation [des Québécois] en hiver. »

— Une citation de  Cendrix Bouchard, porte-parole d’Hydro-Québec

Grand producteur d'électricité, Hydro-Québec demeure également un exportateur qui doit honorer ses contrats, même en hiver. Il se peut donc que la société d'État importe elle-même de l'électricité en cas de froid extrême. Elle a d’ailleurs dû importer un total de 2000 MW de l’Ontario et de l’État de New York ce matin.

Le froid extrême sévit à Montréal depuis hier.

Le froid extrême sévit à Montréal depuis hier.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Tarification dynamique

Un système de tarification dynamique a été mis en place il y a trois ans pour remédier à ce problème.

Hydro-Québec demande ainsi à environ 160 000 clients - dont plusieurs grandes industries - de réduire leurs activités par temps froid afin de limiter leur consommation d'énergie. Des centres de ski comme Le Relais et le Mont Sainte-Anne près de Québec ont par exemple accepté mardi de réduire leurs heures d'ouverture de la montagne, de 10 h à 15 h 30, pour apporter sa contribution. Des mines de cryptomonnaie ont aussi réduit leur consommation, selon une condition imposée par la Régie de l’énergie.

Dans les moments comme ceux-ci, soit une trentaine de périodes de l'hiver, entre 6 h et 9 h le matin et entre 16 h et 20 h en fin de journée, c'est là où on consomme le plus. Ces clients-là vont poser des gestes, ils vont diminuer leur consommation et vont recevoir un crédit [selon ce qu'ils auraient consommé normalement], souligne M. Bouchard.

CAA-Québec très sollicité

La journée sera également exceptionnelle du côté de CAA-Québec, où l'on s'attend à faire entre 6000 et 8000 interventions à travers la province aujourd'hui.

Avec des températures de -30 °C, au-dessus de 75 % des appels de nos membres sont évidemment pour des survoltages, confirme Andrée-Ann Déry, porte-parole de CAA-Québec.

Des voitures ont besoin d'un survoltage en raison du froid.

Des voitures ont besoin d'un survoltage en raison du froid.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Conseils pour démarrer votre véhicule

Mme Déry y va par ailleurs de ses conseils aux automobilistes qui pourraient rager devant un véhicule qui ne démarre pas.

On est souvent dépourvu quand il fait froid. C'est le cas pour nous et c'est aussi le cas pour notre véhicule. On essaie une tentative de 8 à 10 secondes avec la clé dans le contact, si ça ne démarre pas, on va prendre un petit répit de 30 secondes. Pour la deuxième tentative, on va mettre le pied sur l'accélérateur, on va refaire la tentative de 8 à 10 secondes.

« Si ça ne fonctionne pas après 4 tentatives, là, c'est vraiment le moment de faire appel à un service de dépannage. »

— Une citation de  Andrée-Ann Déry, porte-parole de CAA-Québec

Prudence sur les routes

Météorologue pour Environnement Canada et Changement climatique Canada, Simon Legault appelle aussi les Québécois à faire preuve de patience et surtout de prudence sur les routes.

Déjà cette nuit, ça va se radoucir. C'est normal qu'on vive des très grands froids. Entre les 10 et 30 janvier, ce sont les journées les plus froides de l'année, commente-t-il.

« Comme c'est une vague qui ne dure pas très longtemps, il y a donc peu de chances que les tuyaux éclatent [dans les maisons], mais sur les routes, il faut être vigilant, car l'adhérence est faible à cette température. »

— Une citation de  Simon Legault, météorologue, Environnement Canada et Changement climatique Canada

Et évidemment, il faut éviter autant que possible de se retrouver à l'extérieur à moins d'être vêtu convenablement pour l'occasion. Un itinérant de la grande région de Montréal est probablement décédé pour cette raison lundi soir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !