•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marché immobilier de Trois-Rivières se démarque à l’échelle provinciale

Pancarte « À vendre » au dessus de laquelle il est écrit « Vendu », dans une rue résidentielle.

À l’échelle provinciale, le prix médian des unifamiliales a atteint 365 000 $, ce qui représente un bond de 24 % par rapport à 2020.

Photo : Radio-Canada

La région métropolitaine de recensement de Trois-Rivières « est, sans nul doute, la région qui a le plus impressionné par sa vigueur en 2021 ». C’est le constat de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) qui vient de publier son dernier rapport trimestriel sur le marché immobilier résidentiel au Québec de 2021.

Le marché trifluvien a vu une augmentation de 12 % des transactions dans la dernière année, dont 10 % dans les trois derniers mois seulement, un record.

Mais l’APCIQ constate un autre record : le plus faible nombre de propriétés sur le marché jamais enregistré depuis que les statistiques sont compilées. Les prix peu élevés à Trois-Rivières ont contribué à cet engouement qui a occasionné des bonds historiques de ceux-ci. Les prix ont augmenté de 23 % pour des résidences unifamiliales, de 31 % pour les copropriétés et de 25 % pour les plex.

Pourtant, selon la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers, les transactions pour les résidences unifamiliales ont diminué de 10 % au Québec, en raison du manque d’inventaire disponible à la vente sur le marché.

« Malgré la faiblesse historique du nombre de propriétés disponibles à la vente dans toutes les régions du Québec, l’activité est demeurée très soutenue, bien qu’en deçà de 2020 durant la même période. »

— Une citation de  Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché de l’APCIQ

L’année 2021 est classée deuxième parmi les années les plus actives enregistrées dans le système Centris des courtiers immobiliers, indique-t-on.

Une hausse ailleurs dans la région

D’autres agglomérations de la Mauricie ont affiché une hausse des ventes résidentielles l’année dernière, dont La Tuque et Shawinigan. Elles enregistrent des augmentations respectives de 18 % et de 15 %.

Au Centre-du-Québec, Drummondville a connu une hausse des ventes au dernier trimestre légèrement supérieure à la même période l’an dernier. De son côté, Victoriaville a vu un faible niveau des ventes à cause de la pénurie de propriétés disponibles sur le marché.

À l’échelle provinciale, le prix médian des unifamiliales a atteint 365 000 $, ce qui représente un bond de 24 % par rapport à 2020.

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec rapporte que les délais de vente à l’échelle de la province se sont raccourcis fortement par rapport à 2020, réduisant à des niveaux très en dessous de leur moyenne historique : il fallait en moyenne 51 jours pour qu’une unifamiliale trouve preneur, soit 40 jours de moins qu’en 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !