•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cap sur le 17 janvier, la Nouvelle-Écosse s’active en vue du retour en classe

La maman et les deux garçons sont assis devant un ordinateur.

Louanne Doucet supervise l'école en ligne pour ces deux garçons de 10 et 13 ans. Martin Blinn, au centre et Elie Blinn à droite.

Photo : Louanne Doucette

Des rencontres et des travaux sont en cours dans les écoles de la Nouvelle-Écosse pour préparer les salles de classe et le personnel enseignant pour le retour des élèves, dès le 17 janvier.

Lundi, les élèves des écoles publiques de la province ont recommencé l'école après le long congé des fêtes, mais ce retour s’est fait en ligne.

Ce qui n'a pas tellement dérangé Elie et Martin Blinn, deux frères de 13 et 10 ans qui vivent dans la région de la baie Sainte-Marie. Il y a des avantages à pouvoir faire l’école en bas de pyjama et en déjeunant, explique leur mère Louanne Doucet.

À court terme, ça fait leur affaire, mais c'est sûr qu’à long terme c’est non, ils préfèrent être à l’école.

Ça tombe bien puisque la province n’a pas l’intention de retarder davantage le retour en classe. Elle utilise la semaine pour obtenir plus de masques et de tests rapides, et équiper des dizaines de salles de classe avec de meilleurs systèmes de ventilation.

Préparation dans les écoles

Tous les élèves recevront et auront à leur disposition des masques en tissu à trois épaisseurs, dit la ministre de l'Éducation de la Nouvlle-Écosse, Becky Druhan.

Becky Druhan.

Becky Druhan, ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance en Nouvelle-Écosse et députée de Lunenburg-Ouest.

Photo : CBC / Robert Short

La ministre dit qu’il y aura aussi des masques chirurgicaux pour les enseignants qui souhaitent les utiliser.

En ce qui concerne les tests rapides, elle dit attendre les instructions de la santé publique pour décider de la meilleure façon de les utiliser dans les écoles.

La province installe également des systèmes HEPA portables dans les écoles qui dépendent des fenêtres et des portes pour la ventilation. Ces unités seront installées dans chaque salle de classe et dans toutes les zones communes où les étudiants se réunissent.

C'est une mesure que nous avons prise pour la confiance et le confort des personnes qui fréquentent ces écoles, dit la ministre.

La majorité de ces unités ont été livrées et doivent être installées avant le retour en classe du 17 janvier.

Nous sommes habitués maintenant, dit Andrea Burke-Saulnier, mère de Noah, un jeune de 14 ans. Après avoir expérimenté l’école en ligne l’an dernier, elle dit qu’elle et son fils réagissent différemment cette fois.

Autoportrait de la mère et de son fils à l'extérieur.

Andrea Burke-Saulnier et son fils Noah en randonnée au parc Ellenwood.

Photo : Andrea Burke-Saulnier

Il n’y a pas nécessairement d’angoisse, dit la mère. C'est plutôt qu’on est déçu.

Andrea Burke-Saulnier se prépare elle aussi à une rentrée universitaire en ligne. Elle enseigne au programme du baccalauréat en éducation offert à l’Université Sainte-Anne.

L’enseignement universitaire c’était toute une aventure dans le temps du début de la COVID-19, dit-elle. Une aventure en ligne qui s’apprête à recommencer pour au moins les deux premières semaines de la session d’hiver.

Des solutions pour l'absentéisme

Certains parents se demandent tout de même s' il y a suffisamment d'enseignants en Nouvelle-Écosse pour risquer un retour en présentiel et une augmentation possible des infections.

La ministre de l’Éducation, Becky Druhan dit qu'il existe certains outils pour faire face aux absences du personnel. Les écoles peuvent entre autres avoir recours à des éducateurs disponibles qui ne sont pas affectés à une salle de classe.

Il y a une certaine flexibilité pour les déplacer dans les salles de classe, dit la ministre.

« Nous allons faire tout notre possible pour garder les écoles ouvertes. »

— Une citation de  Becky Druhan, ministre de l'Éducation de la Nouvlle-Écosse

Dans le cas où une salle de classe entière serait exposée, la ministre dit que des instructions supplémentaires seront communiquées aux parents.

D’après un reportage d'Anjuli Patil de CBC et d'Héloïse Rodriguez-Qizilbash de RDI

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !