•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Forêts anciennes : la désobéissance civile prendra le l’ampleur, disent des militants

Un homme debout sur un tronc d'arbre coupé de la largeur d'une voiture.

En Colombie-Britannique, les arbres anciens sont généralement ceux qui ont 250 ans ou plus sur la côte et 140 ans ou plus dans la région de l'Intérieur.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Les membres du nouveau groupe Save Old Growth sont prêts à multiplier les efforts de désobéissance civile, tant que le gouvernement de John Horgan ne tiendra pas sa promesse électorale de protéger les forêts d’arbres anciens. Dix d'entre eux ont d'ailleurs été arrêtés lundi matin.

Sept personnes ont été arrêtées à Victoria et trois autres à Burnaby pour avoir bloqué l'accès à la Transcanadienne, ont confirmé les deux détachements de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) concernés.

Lundi marquait le premier jour de désobéissance civile organisé par ce nouveau groupe. Save Old Growth veut pousser les autorités provinciales à mettre fin à l'abattage d’arbres anciens.

Les manifestations vont se multiplier au hasard tout le mois de janvier là où passe la Transcanadienne, prévient Zain Haq, coordonnateur du mouvement. Celui-ci n'en est pas à son premier mouvement ayant déjà été coordonnateur d'Extinction Rebelion Vancouver.

Il ajoute qu’en février, le blocage de cet axe routier majeur sera mis en suspens pour recruter davantage de membres, le groupe reprendra ensuite ses activités de résistance avec beaucoup plus d’ampleur à la mi-mars, si le gouvernement n’a toujours pas répondu à ses demandes.

« Le gouvernement fera face à un dilemme : respecter ses propres promesses ou arrêter et emprisonner des centaines de Britanno-Colombiens. »

— Une citation de  Johannah, porte-parole, Save Old Growth

On ne veut pas faire cela, mais la ministre des Forêts Katrine Conroy, le premier ministre, John Horgan, et le gouvernement néo-démocrate n’ont pas respecté leur promesse d’arrêter la coupe active d’arbres anciens, ce qui garantit ainsi encore davantage l’effondrement écologique, écrit-elle dans un communiqué de presse.

L’ampleur de cette désobéissance est notre dernier recours, poursuit-elle.

Appui des Premières Nations inconnu

Zaim Haq n'a pas voulu indiquer si son groupe avait le soutien des Premières Nations et a indiqué qu’il préfère garder cet éventuel appui secret pour leur éviter la mauvaise presse associée aux blocages de l’autoroute.

En décembre, l’Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique a dénoncé l’approche coercitive de la province en rapport avec le report de coupe d’arbres ancestraux et a réclamé la suspension de l’exploitation des forêts anciennes dans son ensemble, point à la ligne.

En novembre dernier, le gouvernement de la Colombie-Britannique a déclaré son intention de suspendre pour deux ans l’exploitation de 2,6 millions d’hectares de ses forêts anciennes et a demandé aux 204 communautés autochtones de la province de se prononcer sur la question.

Dans une déclaration, le ministère des Transports et des Infrastructures de la province a indiqué que le gouvernement soutenait le droit de manifester de façon pacifique. Notre priorité est la sécurité de tous ceux qui utilisent le réseau routier de la province, ajoute-t-il dans une déclaration.

Avec des informations de Jacques Dufresne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !