•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire des camionneurs : des impacts à prévoir sur l’approvisionnement

Deux travailleurs questionnent un automobiliste qui veut entrer à l'Île-du-Prince-Édouard. Un camion semi-remorque passe derrière.

Un camionneur arrive à l'Île-du-Prince-Édouard pendant la pandémie de COVID-19 (archives).

Photo : CBC / John Robertson

Radio-Canada

Le directeur général de l’Association du camionnage des provinces de l'Atlantique, Jean-Marc Picard, craint que vaccination obligatoire des camionneurs – qui entrera en vigueur le 15 janvier – ralentisse la chaîne d’approvisionnement et aggrave la pénurie de main-d’œuvre.

Le transport de marchandises pourrait ainsi ralentir rapidement, ce qui pourrait mener à une pénurie de certains produits et à une augmentation des prix, selon Jean-Marc Picard.

Ottawa refuse de reporter la date limite pour la vaccination des camionneurs qui entrent au pays, à partir des États-Unis. Une extension d’environ trois mois avait été demandée.

Dès samedi, l’entrée au pays sera donc refusée aux camionneurs américains qui ne sont pas adéquatement vaccinés. Les camionneurs canadiens non vaccinés pourront toujours entrer, mais ils devront s’isoler pendant 14 jours.

Jean-Marc Picard, directeur général de l’Association du camionnage des provinces de l’Atlantique.

Jean-Marc Picard, directeur général de l’Association du camionnage des provinces de l’Atlantique, répond aux questions de Michèle Brideau.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Aubut

La chaîne d’approvisionnement en ce moment est très très fragile. Il y a des tempêtes dernièrement qui ont causé l’effondrement des routes en Colombie-Britannique et à Terre-Neuve, on a une pénurie de chauffeurs très très inquiétante, ça rend les choses très serrées , dit Jean-Marc Picard.

Selon lui, de grandes entreprises de camionnage doivent déjà laisser environ 10 % de leurs camions dans les stationnements, en raison du manque de chauffeurs. Si on perd des chauffeurs à cause du vaccin, c’est très inquiétant pour nous.

Environ 85 % des membres de l’Association du camionnage des provinces de l’Atlantique sont doublement vaccinés, selon Jean-Marc Picard.

Ce sont de bons chiffres, mais si on perd 5 à 10 % de nos chauffeurs, ça rend les choses pas mal compliquées pour livrer les produits et la marchandise , explique-t-il.

Au Canada, plus de 120 000 conducteurs effectuent des voyages transfrontaliers, selon les données du syndicat Teamsters Canada, qui représente environ 15 000 camionneurs au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !