•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lieu du premier centre d’injection supervisée de Timmins dévoilé

Un homme montre une trousse d'injection. Elle comprend une seringue, un ruban élastique et des compresses d'alcool.

Les centres d'injection supervisée fournissent le matériel nécessaire à une consommation sécuritaire de drogue. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada

Les anciens locaux du refuge pour sans-abri Living Space accueilleront le premier centre d'injection supervisée de Timmins.

Des rénovations doivent être apportées pour aménager l'espace, indique Patrick Nowak, responsable du programme de lutte contre les dépendances de l'hôpital de Timmins. Nous devons également installer l'équipement.

Ce dernier se dit satisfait de la progression des travaux. À date, tout se déroule selon nos objectifs et nos échéanciers.

Les locaux doivent être prêts à accueillir des usagers avant la visite virtuelle de Santé Canada, l'agence qui accorde les exemptions légales afin que le centre puisse accueillir des usagers.

M. Novak espère que le centre sera fonctionnel dans les prochaines semaines.

« Selon ce qu'on connaît du processus d'application et de l'expérience de d'autres centres comme le nôtre, on espère pouvoir ouvrir quelque temps en février. »

— Une citation de  Patrick Nowak, responsable du programme de lutte contre les dépendances de l'hôpital de Timmins

Ce responsable souligne que la date d'ouverture est tentative, et dépend de la progression des travaux et de Santé publique Canada.

La communauté en faveur du projet

Pour s'assurer d'avoir le soutien des entreprises situées au centre-ville, une séance d'information virtuelle a été organisée mardi soir dernier.

On a répondu a beaucoup de questions, ce qui est normal pour ce genre de projet, témoigne M. Nowak.

Mais généralement, j'ai l'impression que ça s'est très bien déroulé, et que les gens comprennent l'importance d'agir dans ce dossier, ajoute-t-il.

L'équipe espère maintenir une communication régulière avec les membres de la communauté afin d'incorporer leurs commentaires et leurs observations.

« Ultimement, ces décès par surdoses sont évitables. »

— Une citation de  Patrick Nowak, responsable du programme de lutte contre les dépendances de l'hôpital de Timmins

Il est d'avis que toute la communauté pourra bénéficier d'initiatives qui aident à empêcher des décès liés aux opioïdes.

Centre temporaire ou permanent, quelle est la différence?

  • Le gouvernement fédéral peut approuver une demande pour ouvrir un centre d’injection supervisée temporaire en quelques mois pour répondre à une situation d’urgence, mais ne s’engage pas à le financer. Cette responsabilité revient aux partenaires communautaires, aux municipalités et aux services de santé.
  • Dans le cas des centres d’injection supervisée permanents, le processus est complexe et peut prendre plusieurs années, mais une fois approuvé les projets peuvent compter sur le financement des gouvernements provincial et fédéral.

Un financement accordé pour 2021-2022

Le conseil municipal de Timmins s’est prononcé fortement en faveur du projet lors d’une réunion au début du mois de septembre dernier.

Dans le budget municipal de 2022, un million de dollars sont mis de côté pour payer les frais de fonctionnement du centre, comme l’équipement et les salaires des intervenants spécialisés.

Une des élues municipales de Timmins, Michelle Boileau, souligne que les contribuables de la ville n’auront pas à débourser pour le projet dans la prochaine année.

Nous avons puisé dans d’autres enveloppes, comme l’argent qu’on a reçu du gouvernement fédéral pour accueillir les évacués des feux de forêt, illustre-t-elle.

Une femme aux cheveux longs assise à un bureau.

Selon Mme Boileau, le conseil municipal actuel de Timmins appuie fortement le projet du centre d'injection supervisée de Timmins.

Photo : Facebook/Michelle Boileau

Elle indique que le conseil municipal revisitera la question du budget si le centre temporaire était pour devenir permanent.

La communauté appuie fortement le projet, selon Mme Boileau. On sait que c’est très important et que ce problème ne sera pas résolu dans la prochaine année.

Moi-même, j’aimerais voir une certaine pérennité pour ce projet, confie la conseillère municipale.

Un outil pour lutter contre les surdoses

Le centre d’injection supervisée promet d’être un allié de taille dans la lutte contre les surdoses liées à la consommation de drogue.

Dans la présentation donnée aux conseillers municipaux en septembre, la Dre Julie Samson, urgentologue à l'hôpital de Timmins, explique que de telles installations peuvent réduire le taux de mortalité liées aux surdoses de 30 %.

En 2020, il y a eu 40 décès liés aux opioïdes dans le territoire desservi par le bureau de santé de Porcupine. Parmi ces décès, 35 se trouvaient dans la région de Timmins.

Le nombre de décès augmente considérablement.

Le nombre de décès et d'hospitalisations en lien avec les opioïdes augmente vertigineusement depuis 2017 sur le territoire du Bureau de santé de Porcupine.

Photo : Santé publique Ontario: L’outil interactif sur les opioïdes

Selon les autorités sanitaires, le nombre de décès a augmenté considérablement en 2021. Les données préliminaires suggèrent une augmentation d’environ 30 %.

D’ailleurs, à la veille du Nouvel An, le Bureau de santé Porcupine a lancé un avertissement auprès de la communauté après avoir remarqué une hausse importante de surdoses en lien avec de la drogue de mauvaise qualité.

Sudbury en route vers un centre d’injection supervisée permanent

La Ville du Grand Sudbury figure également dans le triste palmarès des villes les plus touchées par la crise des opiacés en Ontario.

Depuis longtemps, des représentants de la santé publique et des activistes réclament l’ouverture d’un centre d’injection permanent à Sudbury.

Un terrain vert

Le tout premier centre de consommation supervisée de Sudbury sera implanté sur la rue Energy Court. (Archives)

Photo : CBC / Erik White

Récemment, les travaux d'aménagement du site ont commencé sur la rue Energy Court, bien que Santé Canada n'ait pas encore officiellement accordé d’exemption à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, une condition nécessaire pour ouvrir un centre permanent.

En attendant cette exemption, la municipalité s’est engagée à financer un centre d’injection supervisée temporaire. Tout comme Timmins, une somme de 1,1 M $ a été mise de côté pour payer l’aménagement et le fonctionnement du centre dans le budget municipal de 2021-2022.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !