•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième cargaison de tests rapides arrive dans la région

Deux mains tiennent un petit lecteur de résultat de test de dépistage de la COVID. Deux barres sont visibles, ce qui veut dire que le test est positif.

Les pharmaciens invitent les gens à ne pas se précipiter pour obtenir un test de dépistage rapide.

Photo : YouTube/MSSS

Des milliers de tests de dépistage rapide de la COVID-19 seront distribués dans des pharmacies de la région au cours des prochains jours. S’il est impossible de savoir exactement combien seront octroyés au Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les 3 millions répartis dans l’ensemble du Québec, les pharmaciens de la région s’attendent à une forte demande.

Déjà, certaines pharmacies ont pu mettre la main sur une quantité de caisses contenant chacune 108 boîtes de cinq tests. Chaque succursale est responsable de la distribution selon la méthode de son choix.

Pharmacien propriétaire d’une succursale de la bannière Familiprix à Alma, Yann Gosselin-Gaudreault précise que des calculs sont faits à l’échelle provinciale, lesquels déterminent le nombre de tests auxquels les pharmacies ont droit.

Les tests sont attribués par les chaînes et bannières à travers les différents groupes du réseau selon leur volume d’ordonnances moyen. Ça reflète l’achalandage des pharmacies. On regarde combien de prescriptions sont passées par exemple, chez Familiprix, combien sont passées chez Proxim, chez Brunet, etc, et on essaie de répartir les tests au prorata à travers les différentes bannières qui, elles, les redistribuent à leurs membres , a-t-il précisé, au cours d’une entrevue accordée à Radio-Canada.

Les pharmacies qui ont reçu des quantités de tests lors de la première phase de déploiement en décembre recevront automatiquement une autre cargaison.

Dès qu’il y a des caisses, la distribution se fait en moins de 24 heures. C’est un processus qui est très rapide et très efficace , a expliqué Yann Gosselin-Gaudreault.

Sept centres de distribution de médicaments approvisionnent quelque 2000 pharmacies au Québec.

On pense qu’il va y avoir quand même un bon niveau d’approvisionnement. C’est sûr qu’on est à trois niveaux de paliers. On part du fédéral qui envoie au provincial qui ensuite envoie aux distributeurs pharmaceutiques. Ce qu’on nous annonce c’est que pour janvier l’approvisionnement devrait être pas mal meilleur que ce que ça a pu être à la fin décembre , a fait valoir Jonathan Robinson, pharmacien propriétaire à Saguenay.

Inutile de se précipiter

L’exercice visant la distribution des tests génère un achalandage important et a aussi un impact considérable sur les ressources humaines en pharmacie. Yann Gosselin-Gaudreault demande donc aux clients de ne pas se précipiter et de s’informer au préalable par l’entremise des réseaux sociaux ou des plateformes mises en place par les pharmacies. D’autant qu’une vague de froid extrême est attendue dans la région mardi et qu’il serait dommage, pointe-t-il, que des clients doivent faire la file à l’extérieur.

Si la frénésie se fait sentir au sein de la population, la patience est donc de mise.

On sent certainement qu’il y a un engouement pour les tests chez les gens. La seule chose c’est d’être patient. Il n’y avait pas de tests il y a trois mois, le gouvernement a changé les règles et on en veut certainement plus […]. Ça ne vaut pas la peine de se présenter tout le monde en même temps à la pharmacie parce que ça crée un moment fort d’achalandage qui est difficile à gérer , a plaidé le pharmacien.

Certains clients rencontrés dans une pharmacie de l’arrondissement de Chicoutimi pouvaient déjà se procurer une trousse d'autodépistage, lundi. Il s’agissait principalement de personnes âgées qui souhaitaient se prévaloir de tests par mesure préventive.

Avec Roby St-Gelais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !