•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau entame l’étude de son budget

Chargement de l’image

La Maison du citoyen de Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

La Ville de Gatineau entame, lundi, l’étude du premier budget du nouveau conseil municipal. Du côté d’Action Gatineau, la présidente du caucus, Caroline Murray, dit entamer cet exercice avec ouverture d’esprit.

En novembre, le conseil municipal avait décidé de reporter l’étude et l’adoption du budget 2022 de la Ville de Gatineau. Mais désormais, les nouveaux élus vont pouvoir établir leur premier exercice budgétaire. Des discussions se tiendront jusqu’à vendredi.

En entrevue lundi à l’émission Les Matins d’ici, la présidente du caucus d’Action Gatineau et conseillère municipale du district de Deschênes, Caroline Murray veut attendre ces échanges avant de se prononcer formellement sur les priorités que devrait adopter le conseil.

On va attendre d’avoir les explications. C’est certain que des projets comme, entre autres, la bibliothèque Guy-Sanche, Action Gatineau a toujours porté les bibliothèques, c’est le service de la Ville qui est le plus utilisé. Dans les dernières années, il y a eu des projets de belles bibliothèques qui ont été confirmés dans l’ouest. Dans l’est, il n’y a pas grand-chose. Pour nous, c’est important qu’il y ait un équilibre partout à travers la ville. Donc ça, c’est un exemple de projets auxquels on tient, dit-elle.

Chargement de l’image

La présidente du caucus d’Action Gatineau et conseillère municipale du district de Deschênes, Caroline Murray (archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

La nouvelle élue ne ferme pas la porte à l’annulation de certains autres, décidés par l’ancienne administration, à condition de voir vers où l’argent économisé pourrait ensuite être investi.

Il y a peut-être de bonnes raisons d’annuler certains projets [...] Il faut prendre les projets à la pièce, les évaluer un par un, voir avec quels projets on veut aller de l’avant, explique Mme Murray.

Tramway dans l’ouest : le fédéral toujours attendu

Parmi les autres projets qui pourraient aussi être au centre des discussions, celui du tramway dans l’ouest. La mairesse France Bélisle estime qu’il reste encore du travail à faire dans ce dossier et souhaite étudier le budget avant de formuler une demande au fédéral.

Mais selon Mme Murray, beaucoup de travail a déjà été fait et les données se sont accumulées depuis des années.

La STO a remis toutes les données qu’elle a accumulées à travers les différentes études, à travers les années, aux deux paliers de gouvernement. Maintenant, la balle est dans leur camp. On sait qu’il y a beaucoup de discussions en cours. [...] On essaie que Gatineau parle d’une voix forte pour obtenir le financement et la collaboration du fédéral.

En novembre dernier, le nouveau président de la Société de transport de l’Outaouais (STO), Jocelyn Blondin, a indiqué faire du financement du projet de tramway sa priorité.

Aujourd’hui, selon la présidente du caucus d’Action Gatineau, le financement du fédéral conditionne les prochaines phases du projet.

La prochaine phase, c’est la phase d’avant-projet avec près de 100 millions d’études, mais la STO veut que le financement total soit approuvé avant de lancer ces études-là et pas seulement que le fédéral finance ces études, mais qu’il finance le projet au complet. Car, à un moment donné, ça fait des années qu’on travaille sur ce projet. On veut s’assurer qu’il va aller de l’avant. Si on peut prendre en comparaison, à Québec, eux aussi ils ont un projet de tramway, ils ont obtenu le financement total alors qu’aucune étude n’avait encore été réalisée.

Le gouvernement provincial a déjà manifesté son intention de financer le projet à 60 %.

Le tramway doit relier Gatineau et le centre-ville d’Ottawa, via le pont du Portage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !