•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le canola, pour réduire la demande de combustible fossile

Des fleurs de canola sur fond de ciel bleu

Environ la moitié des champs de canola au pays se trouvent en Saskatchewan.

Photo : iStock / Daniel Prudek

Radio-Canada

Un chercheur de l’Université de la Saskatchewan pense que le canola peut servir dans la fabrication de plus de formes de biodiesel.

Le professeur Ajay Dalai préside la Chaire de recherche du Canada sur la bioénergie et les traitements chimiques écologiques. Il a élaboré un procédé pour employer les restes non utilisés des graines de canola et en faire un biodiesel.

Il se demande, entre autres, comment l’industrie agricole peut s’inspirer de l'exemple du secteur forestier, qui emploie des pastilles et des boulettes de bois comme biodiesel utile pour chauffer les maisons.

La Saskatchewan, pense-t-il, dispose en nombre suffisant de matériaux issus de la production de canola pour soutenir une production alternative de biodiesel.

Le Canada exporte pour une valeur de 300 millions de dollars de pastilles de bois densifié au Japon, aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans quelques autres pays, fait remarquer le professeur Ajay Dalai. Pourquoi ne pas faire pareil avec les matériaux agricoles et générer des revenus de plus pour les fermiers?

Au Canada, le canola sert déjà à produire du biodiesel comme carburant pour les voitures. Pour ce faire, on mélange l’huile de canola avec du carburant diesel.

Le procédé du professeur Dalai offre d’autres avenues au canola. Il permet de créer des pastilles à partir du tourteau de canola, pour remplacer le charbon et le pétrole dans les systèmes de chauffage des maisons, par exemple.

Une production suffisante de canola

Ces débouchés sont intéressants entre autres pour la Saskatchewan, où se trouve environ la moitié des champs de canola au pays, selon des données de Statistique Canada (Nouvelle fenêtre) datant de 2017.

En 2016, la culture du canola a été la plus importante de la province, couvrant plus de 11 millions d’acres.

Carte des Prairies, principales régions productrices de canola.

Régions productrices de canola.

Photo : Radio-Canada

Les débouchés du canola peuvent aussi intéresser les producteurs du Manitoba. Le canola continuait aussi d’être la grande culture la plus cultivée dans cette province en 2016 (Nouvelle fenêtre), alors que plus de 3 millions d’acres y ont été consacrés.

Et l'Alberta n'est pas en reste, puisqu'elle est la deuxieme province productrice de canola au pays.

Selon Ajay Dalai, le Canada a produit 18 millions de tonnes de tourteau de canola en 2019, et 10 millions provenaient de la Saskatchewan.

Penser à l'avenir

Une fois l’huile de canola extraite de la récolte, environ 40 % du tourteau va nourrir le bétail et un plus petit nombre est exporté. Le reste, soit environ la moitié du tourteau non utilisé, pourrait servir à la production de pastilles pour biodiesel, dit le professeur.

Le défi est d’obtenir des pastilles qui peuvent résister à leur entreposage et au transport sans se dilater ou devenir friables et inutilisables, explique-t-il.

Ajay Dalai pense que la production de nouvelles formes de biodiesel peut être utile ici, au Canada, et pas seulement à des fins d’exportation. La Saskatchewan, par exemple, compte beaucoup sur des carburants fossiles, une source d’énergie non renouvelable et limitée.

Environ 83 % de l’électricité en Saskatchewan est produite à partir de combustibles fossiles, selon la Régie de l’énergie du Canada (Nouvelle fenêtre).

Un moment donné, nous serons à court de combustibles fossiles. Nous diminuons graduellement notre utilisation du pétrole pour chauffer les maisons, ainsi que dans le transport et le secteur industriel.

Nous devons nous tourner vers des solutions de rechange, des sources qui comprennent la bioénergie, ajoute le professeur, pas seulement pour nous, mais aussi pour les générations futures.

Avec les informations de l’émission Saskatchewan Weekend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !