•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Omicron perturbe les horaires de transport en commun d’Exo

Chargement de l’image

Exo invite les usagers à planifier leurs déplacements en consultant son compte Twitter, son service à la clientèle ou l’application mobile Chrono.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

L’organisme public de transport en commun Exo, qui dessert le Grand Montréal, prévoit que ses services d’autobus, de trains de banlieue et de transport adapté seront perturbés sur l’ensemble de son territoire au cours des prochaines semaines en raison de la hausse du nombre de cas de contamination à la COVID-19.

On veut tout de suite informer notre clientèle qu’il est possible que dans les prochaines semaines, il y ait des départs annulés, souvent à courte échéance, dit le relationniste d’Exo, Jean-Maxime St-Hilaire.

En début de journée, il va y avoir une mise à jour [de l’état du réseau], mais il se peut que ça soit 10 minutes avant le trajet [qu'on veut effectuer], prévient M. St-Hilaire.

Exo invite ses usagers à planifier leurs déplacements en consultant son compte Twitter, son service à la clientèle ou l’application mobile Chrono. Il s’agit d’une manière de prévenir les frustrations de dernière minute, suggère le porte-parole.

Les passages moins fréquents d’autobus ou de trains sur des trajets habituellement à haute fréquence font partie des mesures prévues pour pallier le manque de personnel.

COVID-19 et absentéisme

Exo, dont la prestation de services repose sur des fournisseurs privés comme Transdev, La Québécoise, Autobus Robert Paquette & Fils et Alstom, dit avoir sondé ses partenaires au sujet de la disponibilité du personnel.

En fonction de l'effectif disponible, notamment des chauffeurs d’autobus et de train, l’exploitant évaluera la situation quotidiennement afin de prévenir les usagers de possibles perturbations sur le réseau de transport, affirme M. St-Hilaire.

Sans être en mesure de donner des statistiques précises sur le taux d’absentéisme — attribuable à la COVID-19 — des chauffeurs du réseau, Exo a observé une hausse du nombre de congés de maladie chez ses partenaires externes.

Nos fournisseurs externes privés disent qu’ils ont certains problèmes de main-d'œuvre de plus en plus liés à la pandémie et très précisément au variant Omicron, affirme M. St-Hilaire.

Maintien du service à la STM et à la STL

Aucune rupture de services n’est à prévoir à court terme sur le réseau de la Société de transport de Montréal (STM), bien que l’organisme note une hausse de l’absentéisme en raison de la COVID-19.

Samedi, environ 7 % de l’effectif de la STM était absent pour des raisons liées à la COVID-19, par exemple un diagnostic positif, un isolement préventif ou la garde d’enfants, indique Philippe Déry, des communications de la STM.

« Nous n’entrevoyons pas de pénurie de personnel dans les secteurs critiques. »

— Une citation de  Philippe Déry, relationniste à la STM

En ce qui concerne la Société de transport de Laval (STL), même si le taux d’absentéisme est plus élevé qu’à l’habitude […], la disponibilité du personnel permet d’effectuer les opérations de transport telles que planifiées, indique Estelle Lacroix, relationniste à la STL.

Nous suivons l’évolution du taux d’absentéisme quotidiennement et serons prêts à réagir le cas échéant, laisse-t-elle savoir.

Réduction de l’achalandage

Les différents réseaux de transport ont observé une baisse de fréquentation attribuable aux mesures gouvernementales, notamment le couvre-feu, la fermeture des commerces le dimanche ainsi que celle des écoles primaires et secondaires jusqu’au 17 janvier, souligne M. Déry.

Du côté de la STM, l’offre de services prend en considération l’achalandage réduit du réseau, dit le porte-parole.

Interrogé sur le manque à gagner des différents services de transport en commun qui desservent la région métropolitaine, M. St-Hilaire, d’Exo, assure que les perturbations prévues sur le réseau d'Exo sont strictement d'ordre opérationnel et non financier. Ce manque à gagner avait été constaté à l’été 2021.

Exo dessert 82 municipalités dans la communauté métropolitaine de Montréal ainsi que Kahnawake et la Ville de Saint-Jérôme. Ce territoire est partagé avec l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !