•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’armée arrive en renfort en Mauricie et au Centre-du-Québec

Des militaires circulent dans la clinique de vaccination.

Les militaires des Forces armées canadiennes à leur arrivée à la clinique de vaccination à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada / François Genest

Radio-Canada

Une dizaine de militaires sont arrivés au centre de vaccination de la bâtisse industrielle de Trois-Rivières cette fin de semaine pour prêter main-forte aux travailleurs. Ils sont en formation jusqu'à dimanche et seront à l'œuvre dès lundi matin, déployés dans divers centres du territoire.

Les militaires, dont l'aide a été sollicitée pour répondre aux tâches administratives et logistiques, ne vaccineront pas la population, mais ils sont tout aussi fiers de participer à l'effort pour contrer la pandémie.

Un militaire travaille à l'ordinateur sous la supervision d'une femme.

Un militaire effectue des tâches informatiques à la clinique de vaccination de la Bâtisse industrielle, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / François Genest

Très excité! C'est quand même le fun, s'exclame le caporal Antoine Beaudet. Ce sont des choses assez nouvelles, mais on apprend très vite et on est là pour ça.

Les militaires seront présents dans quatre centres de vaccination de la région, soit à Trois-Rivières, Shawinigan, Victoriaville et Drummondville. Jusqu'à quand? Indéterminé pour le moment.

085bc22e20694077a1343400dd7cfb10

L’armée arrive en renfort à Trois-Rivieres

Photo : Radio-Canada / Francois Genest

« Le monde dans le système de la santé a besoin d'un coup de main. Il n'y a pas plus grande fierté que de pouvoir dire qu'on est présents et de répondre à l'appel.  »

— Une citation de  Caporal-chef Pierrick Rouat, Forces armées canadiennes

Je suis vraiment contente de pouvoir me rendre utile puis d'aider ma communauté locale, dit une autre militaire, la cavalière Ève Gauvreau. Pour moi, c'était vraiment important. Sachant que tout le monde travaille vraiment fort, je suis contente de ne pas être chez nous à ne rien faire pendant ce moment-là.

Un militaire travaille à l'ordinateur sous la supervision d'une femme.

Un militaire effectue des tâches informatiques à la clinique de vaccination de la Bâtisse industrielle, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / François Genest

Avec plus de 1000 employés du CIUSSS MCQ absents en raison de la pandémie, les renforts ont été accueillis à bras ouverts samedi.

La cheffe de vaccination Élyse Dufour discute avec les militaires en poste à la clinique de vaccination à la Bâtisse industrielle, à Trois-Rivières.

La cheffe de vaccination Élyse Dufour discute avec les militaires en poste à la clinique de vaccination à la Bâtisse industrielle, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / François Genest

On est vraiment tous très contents, indique Élyse Dufour, cheffe de vaccination à Trois-Rivières et à Nicolet.

Avec la pandémie qui ne s'essouffle guère, compte tenu de la propagation du variant Omicron, elle indique que les équipes sur le terrain avaient grand besoin de répit.

adbbd3cb19cf44cab9190d8033d6aca6

L’armée arrive en renfort à Trois-Rivieres

Photo : Radio-Canada / Francois Genest

« Ça arrive vraiment à point. Je pense que c'est un beau cadeau de Noël qui nous est donné un petit peu en retard, mais on le prend avec grand soulagement! »

— Une citation de  Élyse Dufour, cheffe de vaccination à Trois-Rivières et à Nicolet

Le pdg du CIUSSS MCQ est donc exaucé. La semaine dernière, Carol Filion avait demandé l'aide des Forces armées canadiennes, devant un nombre grandissant de cas de COVID-19 dans la région et compte tenu du nombre élevé de travailleurs absents.

a8406fbcab724301b0eca2122ea162ab

L’armée arrive en renfort à Trois-Rivieres

Photo : Radio-Canada / Francois Genest

L'armée est arrivée il y a quelques jours au Québec, d'abord à Montréal et à Laval.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !