•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crédit d’impôt pour les véhicules électriques : l’Arizona, allié improbable du Canada

Une voiture électrique est rechargée.

L'Arizona est loin d'être le seul État opposé à la mesure visant à promouvoir les véhicules électriques fabriqués aux États-Unis (archives).

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

De son climat désertique aride à sa politique parfois imprévisible de centre-droit, l'État de l'Arizona ne semble guère avoir grand-chose en commun avec le Canada au-delà des snowbirds se méfiant de l'hiver.

Mais le plan controversé du président Joe Biden d'utiliser des incitations fiscales protectionnistes pour promouvoir les véhicules électriques fabriqués aux États-Unis, qui menace le secteur automobile canadien, crée toutes sortes d'accointances étranges.

En raison de sa proximité à la fois avec la Silicon Valley et la frontière américano-mexicaine, sans les taxes élevées et la réglementation de son voisin californien, l'État du Grand Canyon s'efforce d'accueillir la révolution imminente des véhicules électriques — une vision mise en danger par le projet du président Biden.

Nous allons être l'une des prochaines plaques tournantes aux États-Unis pour la fabrication de véhicules électriques de nouvelle génération, dit Chris Camacho, président et chef de la direction du Greater Phoenix Economic Council.

Nous voulons simplement, du point de vue de la politique fédérale, une approche juste et équilibrée afin que les consommateurs puissent acheter les produits qu'ils veulent. Qu'ils soient produits dans des États comme l'Arizona ou d'autres États du pays, nous pensons qu'une politique prudente visant à influencer les choix des consommateurs doit être équitable.

Une opposition à multiples facettes

L'Arizona est loin d'être le seul État opposé à la mesure, qui, si elle était adoptée, permettrait aux acheteurs potentiels de véhicules électriques de bénéficier de crédits d'impôt pouvant aller jusqu'à 12 500 $, à condition que leur voiture ou camion préféré ait été assemblé aux États-Unis et construit par des travailleurs syndiqués.

Mais peu ont été des opposants plus virulents. Le mois dernier, le PDG de la chambre de commerce de Phoenix, Todd Sanders, et Jaime Molera, le directeur pour l'Arizona d'un groupe environnemental conservateur appelé The Western Way, ont signé un texte d'opinion dénonçant un projet mal rédigé qui entraverait les ambitions de l'État en matière de véhicules électriques.

M. Sanders, pour sa part, est peu réconforté par le fait que le projet de loi Build Back Better (Reconstruire en mieux) de Joe Biden, un programme de dépenses sociales et climatiques de 1750 milliards $ contenant les crédits d'impôt, a subi un revers avant Noël lorsque le sénateur démocrate dissident Joe Manchin a déclaré qu'il ne l'appuierait pas.

Ce que vous apprenez tôt, c'est que rien n'est jamais mort, a déclaré en entrevue M. Sanders, lui-même un vétéran des débats de politique publique au sein du gouvernement à l'échelle de la législature de l'État.

Si nous pouvons impliquer le Canada dans ce projet, évidemment nos amis du Mexique et ensuite notre délégation au Congrès, cela commence au moins à faire craindre que ce ne soit pas nécessairement la bonne voie à suivre.

Joe Manchin.

Le sénateur démocrate Joe Manchin.

Photo : Associated Press / J. Scott Applewhite

En plus des joueurs des véhicules électriques prometteurs comme Rivian, Nikola et ElectraMecchanica, l'Arizona attire également des fournisseurs de pièces et de services de fabrication, y compris Jomi Engineering Group, basé à Barrie, en Ontario, qui comptera en milieu d'année environ 120 employés travaillant dans ses nouvelles installations à Casa Grande, juste au sud de Phoenix.

Vous ne pouvez pas le combattre, a déclaré le fondateur et président de Jomi, Michael Hoy, à propos de l'attraction gravitationnelle croissante du secteur des véhicules électriques vers le sud des États-Unis.

[Nous] ne pouvions plus miser sur l'exploitation canadienne; nous n'aurions probablement jamais eu l'occasion comme nous le faisons, de devenir suffisamment concurrentiels, si nous ne nous étions pas rapprochés de nos clients.

En octobre, le gouverneur de l'Arizona Doug Ducey faisait partie des 11 gouverneurs d'État républicains qui ont écrit aux dirigeants du Congrès pour dénoncer le plan Biden comme une utilisation déloyale de l'argent des contribuables.

Nous ne pouvons soutenir aucune proposition qui crée un environnement discriminatoire dans nos États en punissant les travailleurs de l'automobile et les constructeurs automobiles parce que les travailleurs de leurs usines ont choisi de ne pas se syndiquer, mentionne la lettre.

Le Congrès ne devrait pas adopter des propositions qui favorisent les véhicules produits par une main-d'œuvre par rapport à une autre, en particulier lorsque cela limite considérablement le choix des consommateurs et sape les objectifs plus larges de réduction des émissions de carbone.

Une autre démocrate imprévisible

Dans un sénat divisé au couteau, 50-50, M. Manchin de la Virginie-Occidentale a fait l'objet de spéculations sur son soutien au plan Build Back Better. Moins d'attention a été accordée à une collègue démocrate tout aussi imprévisible, la sénatrice Krysten Sinema, dont la politique modérée-conservatrice résume bien l'État violet qu'elle représente : l'Arizona.

En tant qu'État antisyndical — selon la loi, les employés ne peuvent pas être obligés d'adhérer à un syndicat — ayant un intérêt direct dans une industrie des véhicules électriques robuste et en croissance, l'Arizona se concentre uniquement sur la suppression de la portion de 4500 $ des crédits d'impôt qui sont axés sur les véhicules assemblés aux États-Unis et construits par les syndicats.

Cela devrait en faire presque l'allié optimal, a déclaré Roy Norton, un ancien diplomate principal qui a effectué deux séjours à l'ambassade du Canada dans les années 1990 et 2000 avant de devenir diplomate en résidence à la Balsillie School of International Affairs à Waterloo, en Ontario.

« Nous ne voulons pas tuer les subventions. Nous voulons juste supprimer les subventions pour les véhicules fabriqués aux États-Unis exclusivement, et l'Arizona devrait être précisément sur la même longueur d'onde dans la mesure où il s'agit d'un État antisyndical qui est en désaccord avec un président et une administration qui est un peu un retour en arrière. »

— Une citation de  Roy Norton, diplomate en résidence à la Balsillie School of International Affairs

Des responsables à Ottawa confirment que la délégation du Congrès de l'Arizona, et le cabinet de Mme Sinema en particulier, continue d'être au centre des efforts de lobbying du gouvernement fédéral, qui ont culminé à la fin de l'année dernière avec les visites à Washington de plusieurs émissaires, dont le premier ministre Justin Trudeau.

Le président Biden, cependant, ne cache pas son affinité pour les travailleurs syndiqués ni son objectif ultime de restaurer l'ancien lustre du secteur manufacturier américain autrefois puissant. Les deux, ainsi que la réduction des émissions de carbone, sont les principaux objectifs d'un programme de crédit d'impôt qui, selon la Maison-Blanche, lui tient à cœur.

Joe Biden parle derrière un lutrin.

Le président Joe Biden ne cache pas son affinité pour les travailleurs syndiqués ni son objectif ultime de restaurer le lustre du secteur manufacturier de son pays (archives).

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Bien qu'il n'ait pas mentionné spécifiquement les crédits d'impôt pour les véhicules électriques, M. Biden lui-même a fortement signalé vendredi qu'il n'avait pas abandonné le projet de loi Build Back Better, qui devrait revenir au premier plan dans les semaines ou les mois à venir.

La question de savoir si elle continuera à inclure les crédits d'impôt ou si la vision des véhicules électriques prendra une forme différente demeure sans réponse.

En commentant les derniers chiffres de l'emploi aux États-Unis, le président a réitéré vendredi sa vision d'un secteur manufacturier américain renaissant, alimenté par une économie qui croît de bas en haut et par le milieu.

Dès le premier jour, mon programme économique a été différent. Il s'agit d'adopter une approche fondamentalement nouvelle de notre économie — une approche qui considère la prospérité des familles de travailleurs comme une solution, pas le problème, a-t-il déclaré.

Faisons en sorte que ce que nous vendons en Amérique soit fabriqué en Amérique, afin de ne pas nous mettre à risque face à des retards de livraisons des chaînes d'approvisionnement étrangères.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !