•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des proches de victimes du vol PS-752 réclament justice deux ans après la tragédie

Des photographies des victimes de l'écrasement du vol PS-752 sont disposées sur les bancs d'une salle de spectacle.

L'écrasement de l'avion d'Ukraine International Airlines a fait 176 victimes.

Photo : Radio-Canada / Camille Feireisen

Radio-Canada

Des dignitaires et des proches des victimes de l’écrasement de l’avion de la compagnie Ukraine International Airlines se sont réunis virtuellement samedi à Toronto pour marquer le deuxième anniversaire de la tragédie qui a coûté la vie à 176 personnes, dont plus de 100 avaient des liens avec le Canada.

L'avion qui assurait la liaison entre Téhéran et Kiev avait été abattu par les forces armées iraniennes peu après son décollage. L'Iran a reconnu quelques jours plus tard qu’il s’agissait d’une erreur.

Trois femmes à un lutrin devant un collage de photographies des victimes.

Le nom des victimes a été lu lors de la cérémonie.

Photo : Radio-Canada / capture d'écran

Deux ans sont passés depuis la tragédie et les familles tentent toujours d'obtenir justice, bien que l'Iran assure avoir déjà commencé à les indemniser.

Le 31 décembre, un tribunal ontarien a toutefois accordé 107 millions de dollars, plus intérêts, aux familles de six victimes.

La cérémonie organisée par les familles des victimes a commencé par la lecture d’un poème perse d’Ahmad Shamlou, suivie d’une vidéo qui retraçait les étapes de la quête de justice des proches.

Il y a deux ans, le monde a perdu 176 personnes pleines d'espoir dans un acte de brutalité inimaginable, a déclaré Amirali Alavi, maître de cérémonie de la cérémonie, qui a perdu sa mère dans l'écrasement.

Amirali Alavi au lutrin devant un collage des photos des victimes.

Amirali Alavi a perdu sa mère lors de l'écrasement.

Photo : Radio-Canada / capture d'écran

Trois mères des victimes ont lu les noms des victimes de l’écrasement.

Amir Asalani a perdu sa sœur, son beau-frère et sa nièce de 16 mois dans l’écrasement. Nous sommes toujours en deuil, nous souffrons, rien n’a été réglé, nous faisons face aux mêmes difficultés, a-t-il déclaré.

Amir Asalani en entrevue lors d'une cérémonie devant des photos des victimes de l'écrasement du vol PS-752.

Amir Asalani a perdu trois membres de sa famille.

Photo : Radio-Canada

Il réclame la vérité. La justice, c’est de savoir ce qui s’est passé et d’accuser les responsables, affirme-t-il.

Le premier ministre Justin Trudeau et certains de ses ministres, de même que le premier ministre ontarien Doug Ford, le maire de Toronto, John Tory, et le chargé d'affaires de l’ambassade d’Ukraine, Andrii Bukvych, ont pris la parole lors de la cérémonie virtuelle en après-midi.

Gros plan de Justin Trudeau portant un masque noir.

Le premier ministre Justin Trudeau

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le premier ministre Trudeau a affirmé que le gouvernement canadien continuait de travailler avec ses partenaires internationaux pour que l'Iran soit tenu responsable de la destruction illégale du vol PS-752.

« Il y avait de nouveaux mariés qui rentraient à la maison après des cérémonies à l'étranger, des étudiants qui rêvaient de devenir ingénieurs, scientifiques, ou simplement d'obtenir leur diplôme d'études secondaires. Des médecins et des enseignants, qui étaient aimés. Des propriétaires de PME qui contribuaient à leur communauté. »

— Une citation de  Le premier ministre Justin Trudeau

Nous nous souvenons de tous ces gens, a-t-il déclaré.

Nous continuerons à prendre des mesures significatives pour apporter transparence, responsabilité et justice aux victimes des tragédies du transport aérien et à leurs familles, a soutenu le premier ministre.

Le premier ministre ontarien Doug Ford a qualifié l'écrasement d'acte haineux. Il a reconnu que pour les familles, la perte était trop lourde, et que le souvenir ne s'effacerait pas.

M. Ford a appelé la population à se souvenir de l'héritage que les victimes nous ont laissé.

Une veillée aux chandelles suivra la cérémonie virtuelle à la tombée du jour.

Avec les informations de Camille Feireisen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !