•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Éthiopie amnistie des responsables de l’opposition et de la rébellion

Un homme armé.

Un membre de la milice Amhara debout avec son arme à Dessie, en Éthiopie

Photo : Getty Images / EDUARDO SOTERAS

Agence France-Presse

Le gouvernement éthiopien a annoncé vendredi l'amnistie et la libération de plusieurs personnalités politiques incarcérées, dont des dirigeants de l'opposition et du TPLF, parti de la région septentrionale du Tigré devenu groupe rebelle.

Cette annonce surprise survient après un appel à la réconciliation nationale lancé plus tôt vendredi à l'occasion de la célébration du Noël orthodoxe par le premier ministre Abiy Ahmed, dont le pays est déchiré depuis 14 mois par un conflit entre le gouvernement fédéral et les rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

L'objectif de l'amnistie est d'ouvrir la voie à une solution durable aux problèmes de l'Éthiopie, de façon pacifique et non violente, selon le communiqué du gouvernement.

La clé d'une unité durable est le dialogue. L'Éthiopie fera tous les sacrifices à cette fin, selon le texte où sont énumérés les noms de plusieurs dirigeants de l'opposition, mais aussi de membres importants du TPLF.

Ce parti, qui a dirigé de fait l'Éthiopie durant près de 30 ans, a pris les armes depuis que le premier ministre Abiy Ahmed a envoyé en novembre 2020 l'armée fédérale au Tigré pour en destituer les autorités régionales – issues du TPLF – qui contestaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

Dans l'immédiat, on ignore combien des détenus concernés ont déjà été libérés.

Les libérations confirmées

Néanmoins, le parti d'opposition Balderas a annoncé la libération de son fondateur Eskinder Nega, une figure de l'opposition, dont le nom fait partie de la liste des personnes amnistiées.

Le parti a posté sur Facebook une photo de M. Eskinder et d'un de ses codétenus, poings levés, devant la prison à haute sécurité de Kality, à Addis-Abeba, où ils étaient incarcérés.

Dans la liste des personnalités amnistiées figure aussi l'ancien magnat des médias Jawar Mohammed, membre du Congrès fédéraliste oromo. Ancien allié de M. Abiy – lui-même oromo, l'ethnie la plus nombreuse du pays –, il était devenu un de ses plus farouches détracteurs.

Comme M. Eskinder, M. Jawar avait été arrêté en juillet 2020 avec d'autres figures de l'opposition, après une flambée de violences déclenchée par le meurtre par balle à Addis-Abeba le mois précédent d'un très populaire chanteur, Hachalu Hundessa, porte-drapeau de l'ethnie oromo.

Ces manifestations et violences avaient fait 239 morts en quelques jours, sur fond de tensions et de ressentiments ethniques.

Parmi les responsables du TPLF cités dans le communiqué du gouvernement figurent Sibhat Nega – un des fondateurs du parti –, Kidusan Nega, Abay Woldu, Abadi Zemu (ancien ambassadeur au Soudan) et Mulu Gebregziabher.

Le conflit au Tigré, peuplé de six millions d'habitants, a fait des milliers de morts et la région, soumise à ce que les Nations unies qualifient de blocus de facto de l'aide humanitaire, manque de nourriture et de médicaments.

Le rôle de Washington

Cette amnistie coïncide aussi avec une mission en Éthiopie de l'envoyé spécial américain pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, qui essaie d'encourager des pourparlers de paix entre le gouvernement et le TPLF.

Ce conflit dans le deuxième pays le plus peuplé du continent menace de déstabiliser toute la Corne de l'Afrique.

M. Feltman, qui a démissionné cette semaine de son poste, a eu des discussions riches et constructives avec M. Abiy à Addis, a indiqué jeudi à la presse le porte-parole du département d'État américain Ned Price.

Les États-Unis vont œuvrer à ce que tout élan positif tiré de ces discussions puisse se concrétiser, a-t-il indiqué.

Sur Twitter, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a salué cette amnistie. Je reste activement engagé à aider l'Éthiopie à mettre fin aux combats et à rétablir la paix et la stabilité, a-t-il ajouté.

Victoire, contre-offensive et retrait des troupes

M. Abiy avait proclamé rapidement la victoire au Tigré fin 2020, mais une contre-offensive du TPLF a permis aux rebelles tigréens de reconquérir fin juin dernier l'essentiel de la région et de progresser dans celles voisines de l'Amhara et de l'Afar.

Les rebelles ont affirmé en novembre être arrivés à 200 km d'Addis-Abeba, poussant plusieurs pays à appeler leurs citoyens à quitter le pays.

Fin décembre, le TPLF a annoncé se retirer au Tigré après que l'armée fédérale eut repris plusieurs localités stratégiques sur la route menant à la capitale, dont Lalibela, site historique et touristique connu pour ses églises taillées dans la roche et inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !