•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Difficile de recruter des pompiers volontaires dans la Péninsule acadienne

Des pompiers du service d'incendie de Tracadie, N.-B.

Des pompiers du service d'incendie de Tracadie, au Nouveau-Brunwick.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Dans la Péninsule acadienne, des municipalités optent pour l'embauche de pompiers professionnels pour assurer la continuité des services. Le recrutement de pompiers volontaires représente un défi.

D'autres municipalités reconnaissent que c'est une option à laquelle il faudra songer.

Boyau d'incendie sur le sol et pompiers en arrière-plan.

Des pompiers au travail.

Photo : Getty Images / studio2f

À Lamèque, le grand panneau électronique de la municipalité a servi, récemment, à lancer un appel au recrutement de pompiers volontaires.

La municipalité a une brigade formée de 21 pompiers. La brigade devrait toutefois compter 24 ou 25 personnes, selon le maire Jules Haché.

Des exigences plus élevées

Il constate que le recrutement de pompiers représente un défi constant.

Il faut qu'il y ait du remplacement, affirme-t-il. C'est toujours sur une base de volontariat. On vient d'embaucher deux jeunes qui commencent. Mais il y a encore de la place pour quelques autres. On recrute actuellement.

Jules Haché.

Jules Haché, maire de Lamèque.

Photo : Radio-Canada

Une discussion avec le chef de la brigade lui a permis de comprendre à quel point les exigences en matière de formation sont beaucoup plus élevées que par le passé.

Les formations pour le niveau 1 ont plus que doublé en ce qui concerne le temps, explique-t-il. Ce qui était 40 heures de formation est devenu plus de 100 heures de formation. C'est deux semaines et demie à temps plein. Alors, il faut se libérer les fins de semaine pour suivre ça. C'est beaucoup d'engagement, dit Jules Haché.

Deux pompiers professionnels à Neguac

À Neguac, deux pompiers professionnels viennent d'être embauchés. Ils seront également affectés aux travaux publics.

Le maire, Georges R. Savoie, explique que ces deux pompiers pourront bien appuyer les bénévoles.

Les bénévoles sont dévoués et font un excellent travail pour éteindre des feux, précise-t-il. Mais on a besoin de les appuyer durant le jour pour qu'ils puissent continuer à faire l'excellent travail qu'ils font le reste du temps.

Le maire de Neguac, Georges Savoie

Le maire de Neguac, Georges Savoie

Photo : contribution

Selon lui, l'embauche de pompiers professionnels est un phénomène qui pourrait prendre de l'ampleur dans les municipalités. Jules Haché, à Lamèque, est également de cet avis.

Déjà, la Municipalité régionale de Tracadie a choisi cette option et compte dans sa brigade des pompiers à temps plein.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !