•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 6000 Canadiens hospitalisés atteints de la COVID-19, du jamais-vu

Deux infirmières aident un patient alité et intubé.

Au Manitoba, des infirmières soignent un patient hospitalisé en raison de la COVID-19.

Photo : (Hendrik Schmidt/dpa/The Associated Press)

La hausse vertigineuse des cas de COVID-19 s’observe partout au pays depuis quelques semaines. Et depuis le Nouvel An, les hospitalisations sont à leur tour en forte hausse et commencent à fracasser des records.

Près de 300 000 Canadiens ont été infectés depuis le 1er janvier 2022; 421 sont morts. En comparaison, du 1er au 7 janvier 2021, quelque 54 000 cas avaient été déclarés et quelque 900 décès avaient été constatés au pays.

C'est en Ontario que l'on trouve le plus grand nombre de cas actifs en ce moment, avec plus de 135 000 personnes actuellement infectées. C’est toutefois le Québec, le Manitoba et les Territoires-du-Nord-Ouest qui ont le plus de cas actifs pour 100 000 habitants, soit 1430, 1777, et 1468, respectivement.

En comparaison, le taux de cas actifs pour le Canada est de 1015 cas pour 100 000 habitants.

Selon Santé Canada, près de 350 000 infections ont été causées par le variant Omicron.

Les autorités croyaient encore possible en décembre que les hospitalisations ne montent pas en flèche, se fiant au fait que le variant Omicron cause généralement moins de symptômes sévères. Mais ce variant est transmissible à un point tel que le nombre de personnes hospitalisées a commencé à augmenter rapidement juste après les Fêtes.

L'accélération soudaine de la propagation d'Omicron et l'immense volume de cas sont à l'origine de tendances de cas de maladie grave. Étant donné que le nombre actuel de cas quotidiens dépasse de 400 % le pic de la troisième vague, une augmentation des hospitalisations quotidiennes n'est pas surprenante, a déclaré vendredi l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam.

Il y a actuellement près de 6000 Canadiens hospitalisés atteints de la COVID-19, soit le double d'il y a une semaine. En comparaison, au plus fort de la pandémie, il y avait 4800 Canadiens hospitalisés. Le nombre de personnes aux soins intensifs augmente un peu moins rapidement, mais a déjà atteint 793 au pays, vendredi. Au plus fort de la pandémie, il y avait 1469 Canadiens admis aux soins intensifs.

C’est au Québec qu'il y a le plus de personnes hospitalisées atteintes de la COVID-19; la province a d’ailleurs battu un record cette semaine avec plus de 2100 patients hospitalisés. L'Ontario a aussi atteint de nouveaux sommets d'hospitalisation avec près de 2500 personnes hospitalisées, un record. Au plus fort de la crise, il y avait environ 2400 Ontariens et 1876 Québécois hospitalisés.

En date du 3 janvier 2022, 274 Canadiens atteints de la COVID-19 avaient besoin de ventilation mécanique. Au plus fort de la crise, 821 Canadiens en ont bénéficié (chiffres du 29 avril 2021).

Pour l'instant, le nombre de décès demeure moins élevé que lors de la première et de la deuxième vague (hiver 2021), mais le nombre de décès a de nouveau commencé à remonter rapidement. Déjà, le nombre moyen de décès par jour au Canada (60 décès par jour) dépasse la moyenne des deux dernières vagues.

Et partout au pays, les personnes non vaccinées continuent d'être davantage hospitalisées que les personnes vaccinées. Selon le gouvernement du Canada, les personnes entièrement vaccinées sont 79 % moins susceptibles d’être hospitalisées et 71 % moins susceptibles de mourir des suites de la maladie que les personnes non vaccinées.

Il y a encore plus de 7 millions de Canadiens qui ne sont pas adéquatement vaccinés (deux doses).

Des taux de positivité effarants

Depuis Noël, le nombre de cas a doublé au pays et continue de monter en flèche. On s'attend néanmoins à constater dans les prochains jours une stabilisation ou même une diminution des cas quotidiens déclarés.

Mais, avertissent les autorités, ce ne sera pas nécessairement parce que la propagation diminue, mais plutôt parce que la capacité maximale de dépistage a été atteinte partout au pays.

Environ 1,1 million de tests ont été effectués au Canada dans les sept derniers jours. C’est au Québec et à Terre-Neuve-Labrador que l’on a effectué le plus de tests par tranche de 100 000 habitants depuis la dernière semaine.

Le taux de positivité est à plus de 25 % en Alberta, au Québec, en Colombie-Britannique, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Saskatchewan.

Au Manitoba, ce taux dépasse même les 40 %.

Nouvelle hausse des cas dans les centres de soins de longue durée

Les cas dans les centres de soins de longue durée augmentent également. Rappelons que les résidents de ces établissements avaient été durement touchés pendant les premières vagues de la pandémie.

En Ontario, 33 % de ces établissements (208) sont actuellement aux prises avec une éclosion. Plus de 1000 résidents et plus de 1900 employés de ces établissements sont actuellement infectés.

Au Québec, il y a des cas dans plus de 284 Centre d'hébergement et de soins de longue durée et dans 324 résidence privée pour aînés. C’est le double de ce qui était observé le 29 décembre dernier. Le nombre de cas dans ces établissements est passé de 1100 à 3593 depuis le 29 décembre. Dans 22 Centre d'hébergement et de soins de longue durée et dans 24 résidence privée pour aînés, plus de 30 % des résidents sont actuellement infectés.

En Alberta, en date du 6 janvier, on signalait des éclosions dans une trentaine de centres de soins de longue durée. Le 2 janvier dernier, on en a signalé 18.

En Colombie-Britannique, en date du 6 janvier, on recensait 20 éclosions dans des centres de soins de longue durée, alors qu’on en comptait seulement deux le 29 décembre dernier.

Impact sur les travailleurs essentiels

Avec la forte transmission communautaire, il y a aussi de plus en plus d’inquiétudes du côté des secteurs vitaux, où le nombre d'employés infectés ou en isolement augmente rapidement.

Par exemple, selon CBC, les épidémies dans les foyers de soins de longue durée en Ontario ont entraîné des absences du personnel de 20 % à 30 % dans certaines régions.

Au Québec, plus de 20 000 travailleurs de la santé ne sont pas au travail parce qu’ils ont été infectés ou en contact avec une personne infectée.

Le syndicat des agents correctionnels fédéraux affirme que quatre établissements au Québec sont très près de connaître une pénurie de personnel, alors que de plus en plus d'employés sont déclarés positifs à la COVID-19.

À Montréal, au moins 200 membres du service d’incendie sont en isolement ou infectés. De plus, entre 550 et 650 employés du Service de police de la Ville de Montréal sont actuellement absents du travail et 90 % d'entre eux sont normalement des agents en uniforme.

À Terre-Neuve-Labrador, plus de 1000 travailleurs de la santé sont en isolement ou infectés.

À Winnipeg, plus de 250 des quelque 1900 employés du service de police sont en isolement ou infectés.

Cette pénurie de travailleurs essentiels a d'ailleurs poussé sept provinces canadiennes à instaurer des périodes d'isolement plus courtes pour les personnes vaccinées déclarées positives.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !