•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une infolettre franco-ontarienne prend de l’ampleur et suscite les échanges en famille

Mme Thibault-Gauthier sourit à la caméra. Derrière se trouvent un mur et un arbre artificiel.

Muriel Thibault-Gauthier est une directrice d'école à la retraite.

Photo : Muriel Thibault-Gauthier

Un bulletin mensuel d'information et d'activités dédié aux personnes francophones âgées de 50 ans et plus a vu sa popularité augmenter de façon exponentielle passant de 500 lecteurs francophones de Welland à plus de 50 000 de partout en Ontario et même à l’international. Intitulée Le clin d'œil amical de Muriel, cette infolettre fait la joie de nombreux aînés ainsi que des membres de leur famille.

Ça nous fait nous sentir moins seuls, raconte Suzanne Giroux, fidèle au bulletin de Muriel Thibault-Gauthier depuis sa première publication. Mme Giroux est résidente de Welland.

Elle aime particulièrement les chansons incluses dans l’infolettre. Ma petite-fille aime chanter, danser [...] On met les chansons et l’on danse, explique-t-elle.

La Franco-Ontarienne raconte d'ailleurs qu'elle attend avec impatience chaque publication.

De son côté, Muriel Thibault-Gauthier souligne que l’infolettre est d’abord et avant tout une affaire de famille qui nécessite la collaboration de ses proches.

C'est aussi devenu un projet intergénérationnel, car mon fils Justin Gauthier et sa fiancée Danielle Lavigne font toute la mise en page, dit-elle.

« En fait, ils s'occupent de la partie technologique et technique de chaque édition. [...] Mon mari envoie aussi des suggestions d’idées. »

— Une citation de  Muriel Thibault-Gauthier, initiatrice et rédactrice du Clin d’œil amical de Muriel

En plus du soutien de sa famille, Mme Thibault-Gauthier reçoit aussi des suggestions de sujets ou d’activités de ses lecteurs. Je veux que ça devienne, et c’est devenu, par et pour les aînés.

Une infolettre pour contrer l’isolement

L’idée de l’infolettre a germé durant la pandémie. Mme Thibault-Gauthier souhaitait ainsi formuler une réponse pour contrer l’isolement des aînés dans la péninsule du Niagara.

Justin Gauthier se souvient de l’anxiété de sa mère au début de la pandémie. Ce n’est pas pour elle-même, mais pour les autres, ajoute-t-il. Elle m’a dit qu’il fallait mettre sur pied quelque chose d’amusant pour les aînés, avoir de l’information pour ceux qui sont isolés.

Justin porte une veste et une chemise à petits pois. Ses cheveux sont coiffés d'une raie du côté droit.

Justin Gauthier est le fils aîné de Muriel.

Photo : Justin Gauthier

Conquis à la perspective de pouvoir aider les autres, le jeune homme embarque dans le projet sans savoir que quelques mois plus tard les messages de remerciements et d’encouragements des aînés allaient affluer de toutes parts.

« On reçoit souvent des messages même du Québec, de la France, des États-Unis, pour nous dire à quel point ça a un impact pour eux. Juste ça, c’est incroyable! »

— Une citation de  Justin Gauthier, fondateur Arcfire Media

De son côté, Muriel Thibault-Gauthier affirme avoir reçu plus de 5000 témoignages. Je sens que je fais une différence.

« Je suis très fière d’être francophone. Notre population d’aînés est francophone. Alors, la plupart ne parlent pas anglais. Le clin d'œil amical est devenu une source d’information très importante. »

— Une citation de  Muriel Thibault-Gauthier, initiatrice et rédactrice du Clin d’œil amical de Muriel

Soutenue par de nombreux partenaires

Plusieurs organismes communautaires publient également l’infolettre sur leur site web ou l’incluent dans les communications destinées à leurs abonnés, comme, par exemple, la Fédération des aînés et retraités francophones de l'Ontario (FARFO), le Centre de santé communautaire Hamilton/Niagara (CSCHN), le Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO), et Entité 2.

Myriam Quinn, responsable des communications du Centre de santé communautaire Hamilton/Niagara, constate que le bulletin est grandement apprécié par les usagers du centre. Elle croit que cela permet à de nombreux grands-parents de communiquer avec leurs petits-enfants notamment grâce aux blagues publiées dans le bulletin. C’est vraiment rassembleur.

« Certains [usagers du CSCHN] disent : ma famille au Québec le lit. On s’appelle. On fait des blagues, des téléconférences pour en parler. Ça faisait comme des mini-Noëls, mini-cadeaux qu’ils [les aînés] ont hâte de recevoir. »

— Une citation de  Myriam Quinn, responsable des communications au Centre de santé communautaire Hamilton/Niagara

Marie Lanthier-Di Sanza de la Fédération des aînés et retraités francophones de l'Ontario croit également que l’infolettre contribue au bien-être des aînés. Ces clins d'œil sont tellement vivants, pleins d’énergie, pleins de positif et variés.

« Il y a une énergie qui se dégage de l’infolettre autant que de la personne [Muriel]. Elle a su attirer un grand public. »

— Une citation de  Marie Lanthier-Di Sanza, agente des communications de la Fédération des aînés et retraités francophones de l'Ontario

Mme Lanthier-Di Sanza espère que la situation sanitaire évoluera au point où Le clin d'œil amical de Muriel ne sera plus seulement virtuel, mais se transformera aussi en activités en mode présentiel. C’est très important pour les aînés, dit-elle.

Une variété d’activités telles que des chansons, des blagues, des astuces santé, des recettes, des mots cachés, sont présentées dans l’infolettre publiée mensuellement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !