•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hockeyeur suspendu pour des propos racistes envers un adversaire

Des patins de hockey sur la glace.

Les propos racistes ont été lancés lors d'un match disputé le 17 décembre à Kensington, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : CBC / Peter Evans

Radio-Canada

Voilà qu’un autre incident impliquant des insultes racistes survient au sein de Hockey Île-du-Prince-Édouard, quelques semaines après celui dont a été victime Mark Connors. Cette fois-ci, il s’agit de propos contre les personnes d'origine asiatique lancés à un adversaire par un joueur de hockey junior B.

Mercredi, un membre de l’équipe des Vipers de Kensington âgé de 19 ans a écopé d’une suspension de deux parties à la suite de remarques faites à l’endroit d’un joueur des Metros de Sherwood lors d’un match disputé le 17 décembre.

Le directeur de Hockey Île-du-Prince-Édouard, Connor Cameron, a évoqué en entrevue à Canadian Broadcasting Corporation que, étant donné que l’enjeu est de nature raciale et, évidemment, grave, ce cas sera pris en charge de manière prioritaire.

La victime a porté plainte le lendemain des événements. Le comité de discipline et d’éthique de Hockey Île-du-Prince-Édouard mène une enquête. Cette dernière comprend les témoignages de la victime, de son entraîneur et des arbitres qui étaient présents lors du match du 17 décembre.

Le 3 janvier, le fautif et le gestionnaire des Vipers de Kensington ont été convoqués par visioconférence.

Le joueur qui a fait cette erreur a regretté ses actes et les regrette toujours, rapporte Connor Cameron. Cela ne change en rien l’impact de ses propos sur la victime, ajoute-t-il.

Un joueur critique la prise en charge

Un des coéquipiers de la victime, Keegan Mitchell, est mécontent de la manière dont Hockey Île-du-Prince-Édouard gère cet incident. Il a décidé de s’en prendre personnellement au joueur des Vipers, en brisant son bâton sur sa jambe. Ce geste lui a valu une suspension de deux parties.

Quand je vois que l’autre joueur a la même durée de suspension que moi, ça me rend malade, laisse-t-il tomber.

Les nouvelles règles de Hockey Canada incluent désormais une suspension de cinq matchs lorsque des insultes racistes sont proférées. En revanche, cette règle n’est valable que si les propos sont entendus par les officiels de la partie.

Ce n’était pas le cas lors de l’incident du 17 décembre.

Comparer les deux pénalités n’est pas chose facile, indique pour sa part Connor Cameron. Tout ce que je peux dire, c’est que je suis persuadé que le comité a conduit une enquête approfondie et a appliqué une sanction conséquente.

Dans une déclaration envoyée à Canadian Broadcasting Corporation par l’intermédiaire de Keegan Mitchell, la victime écrit que la situation est regrettable.

C'est triste, mais je suis devenu habitué à ce genre de choses au fil des ans. Par contre, j’aimerais signaler que tous les joueurs de hockey ne devraient pas être dépeints de la même manière, car, à vrai dire, ce sont mes coéquipiers et d’autres joueurs qui m’ont convaincu que ce comportement n’est tout simplement pas acceptable.

Avec les informations de Brian Higgins, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !