•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

BlackRock : l’ancien PDG tente de bloquer le processus de restructuration

Jean Rainville devant une affiche de Métaux BlackRock

Jean Rainville, ancien PDG de Métaux BlackRock

Photo : Radio-Canada

La partie de bras de fer est officiellement lancée dans le processus de restructuration financière de Métaux BlackRock. L'ancien président-directeur général de BlackRock et d'autres actionnaires accusent Investissement Québec et le groupe américain Orion d'utiliser ce processus pour les évincer et pour prendre le contrôle de l'entreprise.

Le 23 décembre, Métaux BlackRock s'est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) parce qu'elle était incapable de rembourser une dette de 95 millions de dollars canadiens.

Les deux seuls créanciers garantis, Investissement Québec et le groupe américain Orion, ont immédiatement proposé au tribunal de prendre le contrôle de l'entreprise et de relancer le projet de plus d'un milliard de dollars visant à aménager une mine de fer à Chibougamau et une fonderie de ferrovanadium au Saguenay.

Pour l'ancien PDG de BlackRock, Jean Rainville, il s'agit d'une situation inacceptable. Ça semblait bien se passer, alors pourquoi tout à coup, au lieu de nous envoyer un message comme quoi il y avait peut être un problème, on décide de continuer sans nous?, a-t-il déploré.  

Une requête déposée en cour

Le groupe d'actionnaires qu'il préside et une société de Hong Kong, Winner World Holdings Limited, ont déposé une requête devant la cour pour bloquer ce qu'il qualifie de tentative abusive de prise de contrôle.

Ils accusent Investissement Québec et Orion d'utiliser la LACC afin de déposséder les actionnaires tout juste au moment où l'aménagement de la mine pourrait commencer.

« Ça pourrait laisser des traces, il nous semble, pour la réputation et la crédibilité du secteur minier au niveau des investissements internationaux. Tout le monde se retourne actuellement pour regarder la suite des événements. »

— Une citation de  Jean Rainville

Winner World et le groupe de Jean Rainville demandent donc à la Cour supérieure de suspendre le processus de restructuration financière et d'exiger une assemblée des actionnaires avant que Métaux BlackRock ne retourne devant les tribunaux.

Un fonds de retraite serait prêt à investir

Ils indiquent qu'en plus d'Investissement Québec et d'Orion, un important fonds de retraite serait prêt à injecter 200 millions de dollars dans la mine. Ils précisent dans leur requête que le gouvernement fédéral pourrait avancer 100 millions de dollars dans ce projet.

Ils précisent aussi que Métaux BlackRock a été récemment évaluée entre 175 et 350 millions de dollars américains, beaucoup plus que la dette de 90 millions de dollars qu'Investissement Québec et Orion évoquent pour prendre le contrôle de l'entreprise.

La juge Marie-Anne Paquette entendra les différents partis ce vendredi au Palais de justice de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !