•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des triplés nés prématurément puis atteints de la COVID-19

Trois bébés dorment avec des suces dans la bouche.

Ellie, Jake et Mila ont contracté la COVID-19, tout comme leurs mères.

Photo : Gracieuseté de Nykia Rossignol et Laurence Fortier

Deux jeunes femmes de Saint-Honoré ont récemment reçu la visite de la cigogne qui leur a apporté non pas un, non pas deux, mais bien trois poupons. L'aventure de la maternité a commencé sur les chapeaux de roue pour Laurence Fortier et Nykia Rossignol. Leurs triplés sont non seulement nés prématurément, mais ont en plus contracté la COVID-19.

Le 29 novembre, Ellie, Jake et Mila ont vu le jour en pleine pandémie après seulement 32 semaines de grossesse. À 11 h, tout le monde était sorti. Ça a pris environ trois minutes pour sortir les trois bébés, a d’abord raconté Nykia.

Si elle a été rapide, l'arrivée du trio n'a pas été particulièrement discrète. En fait, il y avait quatre équipes médicales complètes, une pour moi au cas où il arriverait quelque chose, une autre pour chaque bébé. Il y avait pratiquement une trentaine de personnes dans la salle, a-t-elle poursuivi.

Les nouveau-nés étaient minuscules, mais aussi étonnamment robustes. Moi, j'ai pu les voir tout de suite dès notre sortie de la salle d'accouchement. J'ai pu les toucher, a relaté Laurence.

Dès le lendemain, ils étaient transférés aux soins intermédiaires. Ils n'étaient plus aux soins intensifs. Honnêtement, pour des bébés de 32 semaines, c'était vraiment un scénario idéal, a enchaîné Nykia.

Trois petits bébés dorment sur leur mère dans un lit d'hôpital.

Ellie, Jake et Mila sont nés prématurément le 29 novembre.

Photo : Gracieuseté de Nykia Rossignol et Laurence Fortier

Pendant près d'un mois, les triplés sont demeurés au Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL), sous les regards attentifs de spécialistes des bébés prématurés.

Progressivement, Laurence Fortier et Nykia Rossignol ont vu leurs petits trésors prendre du poids et des forces. Puis, le 24 décembre, les poupons ont connu leur baptême de l'air lorsqu'ils ont été transférés par avion à l'hôpital de Chicoutimi.

Au Centre hospitalier de l'Université Laval, nos bébés étaient assez en forme pour laisser la place à des bébés qui en avaient plus besoin qu'eux parce que c'est un hôpital qui est spécialisé dans les grands prématurés. Les trois étaient top shape, s‘est rappelé Nykia. 

Trois jeunes bébés posent avec un chien.

Les triplés ont présenté peu de symptômes de la COVID-19.

Photo : Gracieuseté de Nykia Rossignol et Laurence Fortier

À la maison

Depuis dimanche dernier, Ellie, Jake et Mila sont tous installés à la maison, à Saint-Honoré, au nord de Saguenay. Malheureusement, leurs mamans ont reçu une visiteuse indésirable : la COVID-19.

On n’a aucune idée d'où on a attrapé ça. On allait seulement à l'hôpital. Ça fait un an et demi à peu près qu'on n'a pas vu personne, a expliqué Laurence.

Sans surprise, les enfants ont eux aussi été contaminés. Fort heureusement, ils ont rapidement commencé à remonter la pente. Ils avaient le nez congestionné. Ils étaient plus fatigués, plus ''chigneux''. Nous sommes habituées à des bébés joyeux, a dit Laurence.

Il ne faut pas prendre ça à la légère, mais le pédiatre était quand même très, très positif. Il nous a dit que la plupart des bébés étaient asymptomatiques ou que ça passait comme un rhume. Il nous a rassurées, a ajouté Nykia. Au début, on a eu vraiment peur qu'il leur arrive quelque chose de grave, mais, pour le moment, tout est sous contrôle.

Trois jeunes bébés sont dans des berceaux.

Les triplés sont de retour à la maison depuis dimanche dernier.

Photo : Gracieuseté de Nykia Rossignol et Laurence Fortier

Les deux jeunes femmes entrevoient donc l'avenir avec optimisme. On se regarde aller. On trouve que ça va bien. Honnêtement, avoir trois bébés, c'est féerique dans le sens qu'on s'émerveille devant absolument tout ce qu'ils font, a conclu Nykia.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !