•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première étape vers la livraison par drone entre le Canada et les États-Unis

Un drone en vol.

Les drones desserviraient l'espace frontalier le plus actif d'Amérique du Nord.

Photo : Radio-Canada / Jamie McCannel

Radio-Canada

L’Ontario et le Michigan lancent une étude de faisabilité pour la mise en place d’un corridor transnational de livraison de marchandises par drone, une première mondiale.

Il s'agit de la première étape d'un projet ambitieux.

Moulay Akhloufi, professeur au département d’informatique de l’Université de Moncton, se réjouit de cette initiative.

Selon lui, il s’agit d’une alternative intéressante aux modes de transports classiques comme le train ou les camions. Ces derniers sont en effet sujets à des ralentissements que pourraient éviter les drones.

C’est une première parce que ça fait longtemps qu’il y a des compagnies qui veulent faire du transport avec des drones, explique-t-il.

Un homme souriant, de face.

Moulay Akhloufi, professeur au département d’informatique de l’Université de Moncton

Photo : Moulay Akhloufi

Selon le professeur, le projet nécessiterait plusieurs ajustements.

En ce qui a trait à la réglementation, il va y avoir des discussions parce qu’actuellement au Canada on ne peut pas faire voler un drone hors vue [...] ça veut dire que si je ne vois pas le drone, en théorie, je n’ai pas le droit de le faire voler, explique le chercheur.

L'aspect sécuritaire sera également étudié. Il faudra, par exemple, analyser l'espace aérien et se pencher sur les infrastructures de circulation aérienne existantes.

On n’aimerait pas que ce drone-là tombe sur des endroits où il y a des habitations [...] Si ça tombe dans les Grands Lacs, est-ce que ça cause des dégâts environnementaux ou pas, quelles en sont les conséquences? Le bruit aussi, c'est un aspect qui peut poser problème. Quel est le niveau acceptable?, se questionne-t-il.

Il évoque aussi des cas de détournement de drones par des pirates, un risque qu’il faudra prendre en compte.

Moulay Akhloufi estime que l'acceptabilité sociale du projet sera, enfin, déterminante.

Cette technologie va s’établir dans le futur, en nous voulons être sûrs d’être préparés, indique Raed Kadri, chef du Centre d’innovation de l’Ontario. L’organisme agit en tant que coordinateur du côté canadien.

Pour l’instant, la nature des marchandises qui pourraient être acheminées n’est pas déterminée, explique-t-il. L’étude permettra d’arrêter des choix.

Un homme de face, en costume.

Raed Kadri, chef du Centre d’innovation de l’Ontario

Photo : Centre d’innovation de l’Ontario

Le communiqué de presse publié sur le sujet indique que le commerce de marchandises entre le Michigan et l'Ontario était évalué à plus de 60 milliards de dollars en 2020.

Il précise que plus de 25 % des échanges commerciaux annuels entre les États-Unis et le Canada passent par le poste frontalier entre Windsor et Détroit, le plus actif d'Amérique du Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !