•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guillaume Lemay-Thivierge poursuit La Presse pour 1,85 M$

Le comédien sur le plateau des Échangistes

En plus de tirer un trait sur sa collaboration avec Hyundai, Guillaume Lemay-Thivierge aurait perdu des contrats au théâtre et en animation après l'article de La Presse.

Photo : Radio-Canada / Amélie Grenier

L'acteur et animateur Guillaume Lemay-Thivierge reproche à La Presse d'avoir rendu public son statut de non-vacciné contre la COVID-19 et réclame 1 850 000 $ en dommages.

Choqué, frustré et attristé de voir des informations intimes et personnelles le concernant être révélées au public sans son consentement, l'acteur et animateur a déposé une poursuite au palais de justice de Montréal fin décembre.

Il estime que son statut vaccinal relève de sa vie privée et que l'article du quotidien électronique, publié l'automne dernier, l'a exposé injustement à la vindicte populaire et médiatique.

Depuis, l'artiste de 45 ans, qui a notamment été parodié au Bye Bye 2021, se sent accablé, gêné et humilié chaque fois que son statut vaccinal est mentionné.

Pas un antivax

La Presse, sous la plume de Patrick Lagacé et Hugo Dumas, a affirmé le 23 septembre dernier que Guillaume Lemay-Thivierge a perdu un contrat de réalisation pour l'émission District 31 parce qu'il refusait d'être vacciné. Citant des sources anonymes, il était mentionné que l'acteur s'opposait aux mesures sanitaires et les avait comparées à un lavage de cerveau. Il aurait aussi tenté d'être admis dans des salles à manger de restaurants sans passeport vaccinal.

Or, il s'agit de faussetés, selon le principal intéressé, qui se défend d'être un antivax et soutient n'avoir jamais pris position publiquement contre les mesures sanitaires.

Dans sa requête introductive d'instance, le réalisateur affirme qu'il avait été convenu avec la production de District 31 de reporter toute collaboration en attendant que soient précisées les exigences vaccinales sur les plateaux de télévision.

Guillaume Lemay Thivierge soutient également s'être enquis auprès de restaurateurs quant à leur politique relative au passeport vaccinal durant la période de sursis de deux semaines annoncées par les autorités entre le 1er et le 15 septembre. Jamais il n'aurait tenté d'obtenir un traitement de faveur.

Or, l'article de La Presse a causé une controverse qui lui a fait perdre plusieurs millions de dollars, selon une mise en demeure envoyée par l'avocat de l'artiste, Jacques Jeansonne, deux semaines avant la poursuite.

En plus de tirer un trait sur sa collaboration avec Hyundai, Guillaume Lemay-Thivierge aurait perdu des contrats au théâtre et en animation, notamment.

L'acteur demande le retrait de l'article en plus des dommages de 1 850 000 $. L'affaire sera tranchée par la Cour supérieure.

La Presse a l'intention de se défendre, s'est limité à répondre son directeur des communications, Michaël Majeau. Le mandat a été confié à l'avocat Christian Leblanc.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.