•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec exigera le passeport vaccinal à la SAQ et la SQDC

Le gouvernement ouvre la porte à faire de la troisième dose une condition d'obtention du passeport vaccinal.

Plan rapproché de Christian Dubé en conférence de presse.

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, élargit l'utilisation du passeport vaccinal, qui devient obligatoire pour entrer dans les succursales de la SAQ et de la SQDC à compter du 18 janvier. La validité du passeport vaccinal sera aussi bientôt portée à trois doses.

Après avoir imposé un couvre-feu et des restrictions sévères aux commerces, dont la fermeture des bars, restaurants, des gyms et salles de spectacle, le gouvernement du Québec élargit cette fois l'utilisation du passeport vaccinal, qui sera obligatoire pour entrer dans les succursales de la SAQ et de la SQDC à compter du 18 janvier prochain.

Dans les prochains jours, on va ajouter des services ou des commerces non essentiels, comme par exemple les soins personnels, où le passeport vaccinal va être exigé, a également annoncé Christian Dubé.

« On est en train de discuter avec l’industrie pour que l’ensemble des services non essentiels soient impactés par cette mesure-là. »

— Une citation de  Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

Il s’agit juste de donner le temps au cours des prochains jours aux gens de l’industrie pour s’assurer de l’applicabilité de ces nouvelles mesures. […] Je vais revenir avec des dates plus précises, a promis le ministre.

Les épiceries et les pharmacies seront toutefois exemptées de cette mesure, a pris soin d’ajouter Christian Dubé.

Expliquant que ces restrictions s'adressent directement aux personnes qui refusent de se faire vacciner, Christian Dubé a souligné qu'il avait dû annoncer la semaine dernière des mesures très difficiles pour les vaccinés et que le temps était venu d'annoncer des mesures spécifiquement destinées aux personnes non vaccinées.

« Le premier objectif, c’est de limiter les contacts, et le deuxième objectif, c’est de les protéger contre eux-mêmes. […] En ce moment, c'est plus que 50 % de non-vaccinés qui sont aux soins intensifs. »

— Une citation de  Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

Si les non-vaccinés sont mécontents de cette situation, il y a une solution très simple à leur portée : c’est de se faire vacciner. C’est gratuit et ça vous protège contre la maladie. [...] S'ils ne veulent pas se faire vacciner, bien qu'ils restent chez eux, a-t-il ajouté.

L'imposition du passeport vaccinal à la porte des succursales de la SQDC et de la SAQ n'empêchera cependant pas les non-vaccinés de passer des commandes à domicile via Internet.

Le passeport vaccinal à trois doses

Alors que la distribution des troisièmes doses de vaccin se poursuit au Québec, Christian Dubé a prévenu les Québécois que la validité du passeport vaccinal sera par la suite portée à trois doses lorsque l'offre de vaccins sera accessible à l'ensemble de la population.

Pour le moment, a expliqué M. Dubé, on ne peut pas exiger aux Québécois quelque chose à quoi ils n'ont pas tous accès.

On va donner le temps aux personnes d’aller chercher leur troisième dose dans le mois de janvier, février… j’espère le plus rapidement possible…

« Je veux avertir tout le monde [...] Aujourd’hui, un passeport vaccinal est valide avec deux doses; au cours des prochains mois […] on va élargir le passeport vaccinal à trois doses. »

— Une citation de  Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

En ce qui a trait à la campagne de vaccination, le ministre a confirmé que Québec a à quelques milliers près atteint son objectif de vacciner 100 000 personnes par jour.

Christian Dubé a aussi exhorté les 10 % de gens – qui hésitent à prendre rendez-vous en raison du fait qu'on distribue surtout des vaccins Moderna actuellement – à recevoir le vaccin qui leur sera offert au plus vite et sans hésitation. Les vaccins Pfizer et Moderna étant selon lui aussi efficaces et sûrs l'un que l'autre.

Des jours difficiles à venir

Le ministre de la Santé, qui prenait la parole jeudi en compagnie de la Dre Lucie Opatrny, sous-ministre adjointe à la santé et du directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec, Daniel Paré, a dressé un portrait plutôt sombre de la situation à la suite de la publication des projections de l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux qui prévoient au moins 3000 hospitalisations d'ici les deux prochaines semaines au Québec.

Le dernier bilan quotidien de la santé publique québécoise recense pour sa part 1953 hospitalisations et 15 874 nouveaux cas dans la province, où on n’observe toujours pas de plateau d’infection, a précisé Christian Dubé, qui a qualifié de très, très, très difficile la situation dans les hôpitaux.

Des rencontres entre le gouvernement et les syndicats sont en cours pour tenter de trouver des solutions à l’absence de 20 000 travailleurs de la santé, alors que le nombre de malades, lui, augmente rapidement. Québec tente de libérer suffisamment de personnel pour augmenter à 2500 lits la capacité d'accueil et de traitement des personnes atteintes de la COVID-19.

Aux prises avec des éclosions à l'interne, des taux d'absentéisme importants et des chambres remplies au maximum de leur capacité de malades de la COVID-19, certains hôpitaux du Québec sont aujourd'hui au bord de la rupture de services malgré des mesures de délestage importantes.

Un fardeau de plus pour les commerçants

L’imposition prochaine du passeport vaccinal dans les commerces jugés non essentiels n’enchante pas la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) pour qui l’annonce de Québec constitue un fardeau supplémentaire qu’on impose aux petites entreprises déjà sous pression en raison de la pénurie de main-d’œuvre.

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, il est complexe pour les petites entreprises d’ajouter cette responsabilité aux employés déjà à effectif réduit. Ce sera un casse-tête pour plusieurs petits commerces qui ne disposent que du nombre d’employés nécessaires pour s’occuper de la caisse, des clients sur le plancher et non pour gérer la circulation à la porte, écrit la FCEI.

Qui plus est, ajoute la Fédération, les commerçants doivent déjà composer avec les absences des employés atteints de la COVID-19 qui n’ont par ailleurs plus accès à des tests PCR pour confirmer leur état de santé.

Au Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), on s’oppose tout simplement à la mesure.

L’obligation du passeport vaccinal est difficilement applicable, voire impossible à mettre en place pour certains commerces. […] Avec plus de 25 000 postes à pourvoir dans le secteur au Québec, ajouter ce fardeau sur les détaillants québécois serait trop lourd, explique le CQCD dans un communiqué.

Les PME québécoises seront parmi les grandes perdantes face à cette obligation puisque l’application de cette mesure amènera une partie de la clientèle à effectuer ses achats chez les géants du web, redoute l’organisme.

« Nous demandons au gouvernement de ne pas considérer la mise en place du passeport vaccinal obligatoire chez les commerces non essentiels. »

— Une citation de  Jean-Guy Côté, directeur général du Conseil québécois du commerce de détail

Le Conseil rappelle que les commerçants du Québec sont déjà soumis à de nombreuses restrictions dont le port du masque obligatoire, la réduction du nombre de clients dans leurs établissements ainsi que la fermeture complète des commerces pendant trois dimanches au cours du mois de janvier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !