•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tests rapides : le Nouveau-Brunswick limite grandement l’accès aux trousses

Chargement de l’image

Il faut désormais prendre rendez-vous pour obtenir une trousse de dépistage rapide.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick apporte d’importants changements à la distribution des trousses de dépistage rapide. Désormais, les gens doivent s’inscrire en ligne pour obtenir un rendez-vous pour aller chercher une trousse. L’entrée en vigueur des changements, mercredi, a créé une certaine confusion dans la province. 

Autre changement : les trousses de tests rapides sont maintenant réservées aux personnes de moins de 50 ans qui présentent des symptômes de la COVID-19. 

Il n’est donc plus possible de se procurer des tests rapides aux centres de distribution sans avoir un rendez-vous. Les Néo-Brunswickois doivent maintenant s’inscrire en ligne (Nouvelle fenêtre).

Les changements liés à cette distribution ont causé une certaine surprise dans la province. Le gouvernement n'avait pas annoncé clairement la date du début de ces mesures. 

La situation est critiquée par la professeure Suzanne Dupuis-Blanchard, de l'école de science infirmière de l'Université de Moncton.  

La majorité de nous prenait l’accès aux tests rapides comme moyen justement de dépistage, de prévenir la propagation [...]. Et d'avoir un changement assez radical d’après moi, sans avis, sans directive au préalable, c‘est inquiétant et il va y avoir certainement de la frustration, dit-elle.

Chargement de l’image

Suzanne Dupuis-Blanchard, professeur à l'école de science infirmière de l'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada

La professeure Suzanne Dupuis-Blanchard craint aussi que l'accès limité aux trousses risque d'isoler davantage les aînés. 

Selon elle, certaines personnes asymptomatiques n'iront plus visiter leurs proches puisqu'elles ne peuvent plus subir de test de dépistage rapide. 

Manque de communication

La nouvelle directive de prise de rendez-vous pour obtenir un test rapide est entrée en vigueur mercredi, mais le gouvernement en a seulement fait l’annonce officielle dans son communiqué de presse en fin de journée. 

Le chef du Parti vert, David Coon, déplore cette situation. Le changement n’est pas clair, dit-il, ajoutant qu’il a tenté d’obtenir de l’information aujourd’hui sur ce changement, sans succès. 

Chargement de l’image

Le chef du Parti vert du Nouveau-Brunswick, David Coon (archives).

Photo : Radio-Canada

Il soutient que le gouvernement aurait dû mieux informer les gens avant de modifier les procédures. Il n’a pas eu de conférence de presse avant d’expliquer les changements aux Néo-Brunswickois, aux Néo-Brunswickoises, pas du tout. Juste radio silence, depuis jeudi passé, c’est pas acceptable, dit-il.

Au centre de distribution de Moncton, plusieurs personnes ont été surprises de cette nouvelle directive et déçues de ne pas avoir pu obtenir une trousse mercredi, car elles n’avaient pas de rendez-vous. 

Chargement de l’image

Des dizaines de personnes se sont présentées au centre de distribution de trousses de dépistage rapide de Moncton, mais plusieurs n'ont pas pu en obtenir, car elles n'avaient pas pris rendez-vous.

Photo : Radio-Canada

Plusieurs reconnaissent qu’avec les rendez-vous, les files d’attente seront moins longues, mais ils ajoutent qu’ils auraient aimé être informés de ce changement avant de se déplacer.

Rappelons que les tests PCR sont désormais réservés aux personnes jugées à risque, dont les gens âgés de 50 ans et plus et qui présentent des symptômes, les travailleurs de la santé et ceux qui travaillent dans des milieux vulnérables et les personnes ciblées par la santé publique.

Dépister les gens qui ont des symptômes

Avec l’arrivée du variant Omicron, les autorités sanitaires concentrent maintenant leurs efforts sur le dépistage des personnes symptomatiques. 

« Cela veut donc dire que les personnes qui n’ont pas de symptômes ne sont pas admissibles à recevoir une trousse de dépistage rapide. Il n’y a aucune raison de faire des réserves de tests », affirme la ministre de la Santé, Dorothy Shephard.

Avant la période des Fêtes, le Nouveau-Brunswick déclarait que les tests rapides étaient réservés pour les gens qui ne présentaient pas de symptômes.

Défis dans les régions rurales

Mardi, les citoyens de quatre communautés, Baie-Sainte-Anne, Minto, Saint Stephen, Sackville ont eu été surpris de voir que leurs sites de distribution de trousses de dépistage rapide annulaient leurs activités. Les résidents ont été privés de ce service pendant deux semaines, en raison de la période des Fêtes.

Avec le changement entourant la distribution de ces trousses, ils devront eux aussi respecter deux conditions : avoir des symptômes et s’inscrire en ligne.

La députée de Memramcook-Tantramar du Parti vert du Nouveau-Brunswick, Megan Mitton, déplore elle aussi le manque de préavis et de clarté des communications de la part du gouvernement.

Moi, je suis les nouvelles, je suis les règles chaque journée. Presque à chaque heure, j’essaie de savoir ce qui arrive et pour moi c’est vraiment mêlant et pas facile à suivre. Alors, pour les gens qui arrivent pour chercher leurs tests… c’est inacceptable, explique-t-elle.

Plusieurs personnes devront donc se déplacer vers des villes pour mettre la main sur une trousse.

779 nouveaux cas de COVID-19

La province annonce mercredi le dépistage de la COVID-19 chez 779 personnes de plus. 

Trois autres personnes ont succombé à la maladie. Il s’agit d’une personne dans la cinquantaine de la région de Saint-Jean, une autre de cette même tranche d’âge dans la région de Fredericton et d’un septuagénaire de cette région (zone 3). 

Les nouveaux cas dépistés par zone sanitaire

  • Zone 1 (région de Moncton) : 264

  • Zone 2 (région de Saint-Jean) : 202

  • Zone 3 (région de Fredericton) : 93

  • Zone 4 (région d'Edmundston) : 70

  • Zone 5 (région de Campbellton) : 24

  • Zone 6 (région de Bathurst) : 47

  • Zone 7 (région de Miramichi) : 79

Au total, 59 personnes sont hospitalisées au Nouveau-Brunswick pour la COVID-19, dont 16 aux soins intensifs. Dix personnes sont sous respirateur artificiel.

Avec les informations de Pascal Raiche-Nogue et de Maria-Isabelle Noël

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !