•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un party dans les airs possiblement lourd de conséquences

Chargement de l’image

Une centaine de passagers étaient à bord du vol en direction du Mexique le 30 décembre dernier.

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

La difficulté de trouver un vol de retour n’est pas le seul contrecoup auquel pourraient faire face les participants au vol nolisé de la compagnie Sunwing qui fait présentement les manchettes. Les influenceurs impliqués se sont exposés à une panoplie de conséquences selon certains experts.

Pour le spécialiste en médias et réseaux sociaux et vice-président chez H+K Stratégies Patrice Lavoie, la gestion de la situation par les participants au voyage est un fiasco. Ce qu’on peut lire sur les médias sociaux, c’est qu’ils se positionnent un peu en victimes. Ils critiquent les médias en disant qu’ils font du sensationnalisme, et il ne semble pas y avoir une prise de conscience réelle de l’impact de leurs gestes.

Une fois de retour en sol canadien, les influenceurs risquent de voir leur image écorchée. Je crois que ces gens-là vont avoir un réveil un peu brutal, estime M. Lavoie. Selon lui, plusieurs marques associées avec ces personnalités pourraient se dissocier de leurs gestes et d’autres pourraient dorénavant hésiter avant de développer des partenariats avec eux, particulièrement ceux qui ont été identifiés publiquement.

Stupéfaits par la nouvelle, d’abord parue dans Le Journal de Montréal, de nombreux politiciens incluant le premier ministre Justin Trudeau ont dénoncé les actions des participants. Sur Twitter, le ministre québécois de l'Économie et de l'Innovation Pierre Fitzgibbon a également déclaré espérer que les entreprises associées à ces personnes mettront fin à leurs partenariats.

Des conséquences qui varient

Pour la consultante et chroniqueuse en communications numériques et réseaux sociaux Nellie Brière, les conséquences risquent de différer d’un participant à l’autre. Elle prévient que l’image ternie des influenceurs pourrait ne l’être qu’auprès des personnes qu’ils n’influencent généralement pas.

Il y a des gens qui vont trouver que ces gens-là sont cool, et ce, même si tous les médias, tous les ministres, le premier ministre du Canada les condamnent, ajoute-t-elle.

Même s’ils risquent la perte de certains contrats, leurs actions pourraient aussi être oubliées rapidement selon elle.

Nellie Brière affirme également que ce ne sont probablement pas tous les participants qui ont pris part à la fête dans l’avion, et qui devront faire face aux mêmes conséquences sur leur image. Il y en a peut-être dans la gang qui sont absolument choqués de ça, qui sont troublés d’être associés avec ça. Eux vont peut-être s’en sortir en faisant du damage control. Ces gens-là ont peut-être mal évalué les risques en acceptant ce deal-là , tempère-t-elle.

Patrice Lavoie met aussi en garde la population, afin qu'elle ne généralise pas la situation à tous les influenceurs. Il y a quand même beaucoup d'influenceurs, et c'est la majorité, qui font bien leur travail. Là, on a affaire à une minorité qui malheureusement jette une lumière négative sur l'ensemble de la fonction de marketing d'influence, nuance-t-il.

Enquête et sanctions

L'insouciance des passagers du vol a particulièrement choqué le directeur de l’Observatoire international de l'aéronautique et de l'aviation civile Mehran Ebrahimi. Ils sont allés à l'encontre de toutes les règles de base et de bon sens, dénonce-t-il.

L’expert affirme que certains des gestes visibles dans les vidéos étaient particulièrement dangereux.

« Quand vous fumez à bord d'un avion, quand vous buvez à bord d'un avion, vous avez un comportement qui est dangereux. Ce n'est pas parce que c'est un avion nolisé qu'on doit aller à l'encontre de toutes ces règles-là. Toutes ces règles-là justement ont été bafouées d'une manière ou d'une autre et je ne parle même pas des conditions sanitaires et des questions de distanciation et autres. »

— Une citation de  Mehran Ebrahimi, directeur de l’Observatoire international de l'aéronautique et de l'aviation civile

M. Ebrahimi espère que les enquêtes permettront de découvrir pourquoi l’équipage n’a pas décidé de détourner le vol lorsque la situation a dégénéré.

Il estime que les personnes et groupes impliqués dans l’affaire pourraient payer cher leur voyage. Je m’attends à ce qu’il y ait une sanction pour dissuader les gens à l’avenir, puisque ce sont des choses qui sont quand même très dangereuses, conclut-il.

Avec des informations de Hadi Hassin et Pascal Robidas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !