•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sébastien D’Astous est le nouveau président de la Conférence régionale des préfets

M. Dastous parle au micro en souriant.

Sébastien D'Astous (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Le maire d’Amos, Sébastien D’Astous, succède au maire de Malartic, Martin Ferron, à titre de président de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue.

La santé et l’économie sont deux dossiers auxquels il compte accorder une attention particulière.

Heureux de relever un nouveau défi en plus de ses fonctions actuelles, M. D’Astous assure qu’il exercera un leadership collaboratif et rassembleur à la Conférence des préfets de la région.

Je suis extrêmement reconnaissant de pouvoir mettre mon expérience à profit pour pouvoir représenter l’ensemble de la région dans tous les dossiers, surtout les dossiers politiques, exprime-t-il.

Martin Ferron, Diane Dallaire et Sébastien D'Astous derrière une table lors d'un point de presse. Claire Bolduc apparaît à l'écran de visioconférence.

Sébastien D'Astous (à droite) succède à Martin Ferron (à gauche) à la tête de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

M. D’Astous, qui est également préfet de la MRC d’Abitibi, voit la Conférence des préfets comme une occasion d’avoir plus de poids auprès des décideurs, que ce soit au gouvernement provincial ou au gouvernement fédéral.

Ça va me permettre de faire avancer les choses sur plusieurs fronts pour nos villes et territoires et ça va me donner la chance de rencontrer plus de ministres, croit M. D’Astous.

Santé et économie

Le nouveau président veut continuer à défendre l’accès aux services de proximité en santé, notamment la couverture ambulancière.

La situation est la même partout en Abitibi-Témiscamingue, alors c’est le même combat. Je vais être en mesure de porter le discours que Martin [Ferron] portait, autant pour les ambulances, les hôpitaux et les différents services connexes à la santé, précise Sébastien D’Astous.

Mise à mal par les soubresauts successifs de la pandémie de COVID-19, l’économie témiscabitibienne comporte son lot de défis, selon M. D’Astous.

Il faut continuer de développer notre économie en diminuant le fly-in fly-out [navettage de travailleurs], c’est un grand enjeu que nous avons, soutient-il.

Les élections provinciales qui doivent avoir lieu l'automne prochain seront un moyen pour la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue d’exiger, de la part des gens qui formeront le prochain gouvernement, de reconnaître les particularités de la région et d’agir en conséquence, indique Sébastien D’Astous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !