•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tests rapides reçus mercredi par Québec n’iront pas tous en pharmacie

Plan rapproché des mains d'un homme manipulant un échantillon de sécrétions et une cartouche servant à indiquer le résultat d'un test de dépistage de la COVID-19.

Un test rapide de dépistage de la COVID-19.

Photo : Reuters / Lukas Barth

L'arrivage prévu de 3 millions de tests rapides au Québec mercredi ne sera pas envoyé uniquement aux pharmacies.

Ces tests ont été achetés par le gouvernement du Québec et s'ajoutent à ceux envoyés par Ottawa.

On va vouloir s'assurer de un, les mettre au niveau des pharmacies, mais on a des secteurs prioritaires, comme le réseau des services de garde, les écoles primaires et la sécurité publique, les communautés autochtones, a mentionné le directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec, Daniel Paré, en entrevue mercredi à l'émission Tout un matin.

Selon lui, environ 30 millions de tests devraient être livrés au Québec en janvier. Sur ce nombre, plus d'une douzaine de millions devraient être envoyés en pharmacie, prévoit le gouvernement.

Ça va vraiment arriver de façon continue. On va en recevoir tous les jours, prévoit M. Paré, qui affirme que les mois suivants devraient être similaires.

Critiqué pour la pénurie de tests rapides, M. Paré a réitéré que le Québec ne s'est pas assis sur des stocks de tests rapides depuis des mois. Les tests ont été distribués dans des entreprises, des écoles primaires, des hôpitaux, des CHSLD et des RPA. On n’en a pas perdu. Il faut se souvenir qu'au mois d'octobre, novembre, la vague était vraiment sur une voie descendante. Omicron a vraiment tout changé.

C'est plutôt la rareté sur le marché international qui explique cette situation, selon M. Paré.

Tests internationaux

Il n'y a personne qui va pouvoir mettre la main sur des tests en pharmacie au cours des prochains jours de cet arrivage-là, malheureusement. Ça ira au début de la semaine prochaine, estime Hughes Mousseau, directeur général de l’Association québécoise des distributeurs en pharmacie.

Contrairement aux premières boîtes reçues par les familles québécoises, celles de mercredi proviennent de l'étranger. Ce sont des tests, selon M. Mousseau, qui proviennent d'un autre manufacturier. Selon lui, ces tests, souvent, ne sont pas emballés en paquets de 5, ce qui retarde leur livraison.

Ils doivent passer par un processus de dédouanement et de contrôle qualité. C'est ce qui fait qu'on a besoin de quelques jours, contrairement à l'arrivage de tests qui provient de Toronto en transports routiers. C'est beaucoup plus rapide et on est capables de faire une redistribution le lendemain.

D'ailleurs, les tests distribués en pharmacie sont principalement ceux reçus du fédéral, ajoute M. Mousseau.

Plusieurs millions de ces tests devraient être accessibles en début de semaine prochaine, confirme le directeur général.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !