•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des voix s’élèvent pour réclamer l’installation de filtres à air dans les écoles

Chargement de l’image

Le Conseil scolaire public d’Edmonton évalue la pertinence d'ajouter des purificateurs d'air à filtre HEPA dans toutes ses classes.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Chargement de l’image

Alors que le retour en classe des enfants est retardé en Alberta en raison de la propagation fulgurante du variant Omicron, des voix s’élèvent pour réclamer l’installation de filtres à air dans les classes.

Jill Davies-Shaw, dont la fille est en 6e année à l’École Glenora, à Edmonton, s’inquiète de la reprise des cours en présentiel en raison des risques de propagation du coronavirus dans l'air.

En automne, elle a fait une campagne de financement avec d’autres parents pour acheter un purificateur d’air à filtre HEPA portable pour la classe de sa fille.

Je m’inquiète de l’accumulation de virus durant la journée et plus particulièrement dans les classes où les enfants enlèvent leur masque pour manger et passent beaucoup de temps, explique-t-elle.

Le Conseil scolaire des écoles publiques d'Edmonton (EPSB) a refusé d’installer le purificateur d’air, jugeant que la ventilation était adéquate. Il étudie maintenant la possibilité d’en installer dans ses écoles.

Je pense que cela doit se faire de manière urgente, affirme Jill Davies-Shaw. [...] Nous devons prendre tous les moyens que nous avons à notre disposition.

Efficacité non prouvée, selon Santé Canada

L'Agence de santé publique du Canada affirme pour sa part que l’efficacité des purificateurs d’air à filtre HEPA n’a pas encore été démontrée. Elle dit qu’ils peuvent être utilisés comme un moyen de plus pour prévenir la propagation du virus, mais qu’ils ne devraient pas remplacer les autres mesures de santé publique.

Malgré tout, certaines provinces ont décidé d’en installer dans leurs écoles.

C’est le cas de l’Ontario, qui a déjà envoyé des dizaines de milliers de purificateurs dans certains établissements scolaires. Le Nouveau-Brunswick étudie cette possibilité pour ses écoles.

Le Nouveau Parti démocratique de l’Alberta demande pour sa part que le gouvernement albertain en fasse plus pour contrôler la propagation de la COVID-19 dans l’air, en installant notamment des filtres à air dans les écoles.

Stéphane Bilodeau, un spécialiste en ventilation intérieure de l’Université de Sherbrooke, croit que les purificateurs d’air à filtre HEPA peuvent réduire la concentration de virus dans l’air en captant de petites particules, comme les gouttelettes respiratoires, qui contiennent le virus de la COVID-19.

Lorsqu'on réduit la quantité de particules [dans l’air], surtout les aérosols qui peuvent contenir une grande quantité de virus, on réduit le risque de transmission chez les enfants, explique-t-il.

Un moyen de plus

Stéphane Bilodeau ajoute que les filtres permettent d’améliorer la qualité générale de l’air en réduisant notamment la quantité de poussière qui s’y trouve, ce qui est bénéfique pour les enfants.

Si l'air est de meilleure qualité, cela améliore l'apprentissage, pense quant à elle Amanda Hu, de l’organisation Fresh Air Schools, qui milite pour le financement par la province de méthodes pour réduire les risques de propagation du virus dans l’air.

À Saint-Albert, les parents et le personnel de l’école primaire Leo Nickerson n’ont pas attendu la province pour prendre les choses en main.

Ils ont eux-mêmes construit des purificateurs d’air pour 23 classes.

Les gens veulent savoir qu’ils font tout ce qu’ils peuvent personnellement et que l’école est prête à trouver des moyens créatifs pour créer le meilleur environnement possible pour les enfants, affirme la directrice de l’École Leo Nickerson, Helen Nowell.

Avec les informations de Julia Wong

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !