•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huit victimes d’homicide par arme à feu à Halifax en 2021

Plan rapproché de l'écusson du service policier d'Halifax sur la manche de la chemise d'un uniforme.

Le reportage d'Adrien Blanc sur les homicides à Halifax en 2021.

Photo : CBC / Dave Laughlin

Radio-Canada

La police régionale d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, recense une augmentation du nombre d’agressions et de meurtres par arme à feu en 2021.

La mort par balle en décembre dernier de Lee-Marion Cain, un enfant de 8 ans, soulève notamment de nombreuses questions sur la circulation des armes à feu dans la capitale de la province.

Au total, huit personnes ont été victimes d’homicide et au moins neuf autres ont été blessées par balle à Halifax et à Dartmouth en 2021.

De plus, le nombre de signalements de coups de feu a plus que doublé en 2021 par rapport à 2020, une année où le nombre de signalements était déjà deux fois plus élevé que celui de l’année précédente.

La police régionale d’Halifax souligne que les coups de feu signalés en 2021 n’ont pas été tirés au hasard, mais que chaque incident est unique.

Bilan national

Une baisse de la criminalité a été constatée au Canada depuis le début de la pandémie.

Néanmoins, Jean Sauvageau, professeur de criminologie à l’Université St. Thomas, souligne que le pays connaît une hausse du nombre d’homicides depuis l’arrivée de la COVID-19.

On est dans une prolifération, probablement, de disponibilité des armes de poing qui sont d’office plus faciles à cacher et à transporter parce qu’elles sont plus petites, dit-il. Le marché des armes à feu aux États-Unis est énorme.

Une file de véhicules attend d'entrer au Canada.

Le poste frontalier de Peace Arch à Blaine, Washington (archives).

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

Selon Jean Sauvageau, il est difficile de déterminer si la violence par arme à feu est menée par des bandes ou par des individus qui agissent seuls.

Tout ce qui a un rapport avec des homicides commis dans le contexte de gang, c’est en diminution depuis 2013, souligne-t-il.

En revanche, le criminologue constate qu’historiquement, il y a un lien entre les poussées de violence par arme à feu et les tensions sur le marché de la drogue.

D’après le reportage d’Adrien Blanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !