•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tests PCR pour les enfants en garderie, demandent parents et opposition

Des enfants dans une garderie

Les enfants en garderie sont trop jeunes pour être vaccinés. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Des parents ainsi que les partis d’opposition demandent au gouvernement ontarien de revenir sur sa décision et de permettre aux enfants qui sont à la garderie de subir un test PCR de dépistage de la COVID-19.

Le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario a annoncé la semaine dernière que seuls les personnes qui sont à haut risque d’être malades de la COVID-19 ainsi que les employés de certains secteurs peuvent subir un test PCR financé par la province, ce qui exclut presque tous les enfants.

De plus, en raison de cette nouvelle règle, le nombre de cas dans les écoles et les garderies ne sera plus comptabilisé.

Selon ces parents, cette décision alimente leur anxiété.

Alors que les écoles passent à l’enseignement en ligne - jusqu’au 17 janvier au moins - les garderies, elles, sont toujours ouvertes. De plus, les enfants qui vont à la garderie sont trop jeunes pour recevoir un vaccin contre la COVID-19.

Stephanie Muskat, qui est enceinte, qui est une travailleuse de première ligne dans le domaine de la santé et qui a deux enfants dans une garderie de Toronto, a déclaré qu'elle était incroyablement anxieuse à propos des récents changements et de la façon dont ils affectent toute sa famille.

De jeunes enfants jouent avec des blocs de construction.

Les garderies sont toujours ouvertes même si les écoles ont été fermées. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Elle affirme avoir peur d’être porteuse du virus même si elle est asymptomatique, ce qui pourrait mettre des patients en danger. Elle s'inquiète également de la possibilité que le virus soit transmis à sa mère de 73 ans, qui vit dans le même ménage.

C'est une période très confuse et difficile pour moi, mais aussi pour tous mes collègues et amis qui ont aussi des enfants en garderie, a déclaré Mme Muskat, dont les enfants ont quatre et deux ans.

Mme Muskat a déclaré qu'elle aimerait que le test PCR soit à nouveau disponible pour les enfants dans les garderies, ajoutant qu'elle ne voit pas comment l'économie va continuer sans ce test si les parents qui travaillent doivent se mettre en quarantaine dès que leurs enfants présentent des symptômes du COVID-19.

Sarah Kennell, d'Ottawa, qui a une fille d'un an dans une garderie et un enfant de 4 ans à la maternelle, était également préoccupée, disant que les changements de la province lui ont fait ressentir une incroyable déception, de la panique et de la peur.

Une pétition en ligne demandant au gouvernement de donner aux enfants des garderies l'accès aux tests PCR comptait près de 4000 signatures mardi après-midi.

L’opposition aussi

Les partis d'opposition demandent eux aussi au gouvernement de revenir sur sa décision.

Le chef du Parti libéral, Steven Del Duca, a déclaré que la politique qui met fin à la déclaration des cas dans les garderies équivaut à un camouflage de la part du gouvernement.

Steven Del Duca en point de presse.

Le chef du Parti libéral de l'Ontario, Steven Del Duca

Photo : CBC/Haydn Watters

Les enfants et les éducateurs de la petite enfance dans nos garderies n'ont pas accès à l’équipement de protection personnelle et aux tests [rapides] que nos écoles obtiennent, mais ils font face aux mêmes risques, a déclaré M. Del Duca dans un communiqué.

Les néo-démocrates ont également demandé que la politique soit modifiée, estimant qu'il est dangereux de cesser de signaler les cas lorsque les enfants fréquentant les garderies sont trop jeunes pour être vaccinés.

J'entends des parents qui ont peur, qui sont furieux et qui sont en crise, a déclaré Bhutila Karpoche, porte-parole du NPD en matière de garde d'enfants, dans une déclaration écrite.

Il n'est pas acceptable de laisser quiconque courir un risque accru de contracter le virus, et lorsqu'il s'agit de petits enfants de moins de cinq ans non vaccinés, c'est atroce. Les bébés ne peuvent pas être des dommages collatéraux pour la tentative de Ford de dissimuler les chiffres de la COVID.

Le bureau du ministre de l'Éducation n'a pas immédiatement fourni de commentaire.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !